Une petite contribution ?

Chroniques DVD
11
Oct
2021

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

freddy krueger slasher horreur fantastique

Genre : slasher de rêve II

Scénar : la bonne idée qui voilà ! La famille du jeune Jesse Walsh s’est installée à Elm street, théâtre du carnage qui a eu lieu cinq ans auparavant, dans une maison dont la réputation n’est pas encore arrivée aux oreilles de ses nouveaux habitants et où il fait anormalement chaud. La clim’ de la maison serait en panne…à moins que les feux de l’enfer ne soient déjà fin prêts à tout consumer dans la joie et la bonne humeur ? En tout cas, à la baraque tout le monde a l’air de se foutre complètement des cauchemars sanglants de Jesse qui s’achèvent invariablement sur des cris épouvantables, ça lui apprendra peut-être à ranger sa chambre à ce petit branleur ! Mais tout s’éclaire quand il trouve par hasard dans un placard le journal de Nancy Thompson qui raconte sa rencontre avec un certain Freddy Krueger au cours de ses cauchemars perso… Le même Freddy qui lui annonce en rêve qu’il tuera pour lui. Mais bien sûr, quand il essaie de s’exprimer, sa famille conclut qu’il se drogue… Heureusement sa copine croit en lui, ils enquêtent alors sur les méfaits de ce tueur hors-norme.

Hop, Freddy ne mène pas ses victimes en bateau, mais plutôt en car scolaire (foutrement solides ces machins oranges !) pour une sale virée dans le désert, youpi, fonçons direct dans le vif du sujet pour une suite qui ne s’est pas faite attendre après le succès du premier épisode de la saga 1 ! Les ficelles graphiques sont un peu grosses mais plutôt bien foutues vu l’âge du film, les effets spéciaux pseudo-gore sont hilarants et Freddy, toujours plein d’humour dans ses répliques, n’est peut-être pas super bon au corps à corps mais redoutable pour réchauffer l’ambiance, ou pour niquer les oreilles quand il laisse traîner ses griffes partout pour produire un bruit horrible, une influence pour le fameux Red is dead. Rayon son, la tension est d’ailleurs bien aidée par une B. O. étrange et dissonante la plupart du temps. Alors ensuite, si le préalable que Freddy ne devrait apparaître que la nuit et qu’il a forcément l’air con en plein fiesta de jeunes crétins dans la « vraie » vie, l’essentiel pour le public formé des même crétins dont nous fûmes / sommes est que le carnage ait lieu.

Mais tout le monde sera d’accord pour trouver que la véritable horreur, c’est le besoin d’autorité d’un père impuissant devant le passage à l’âge adulte (Clu Gulager, vu dans des dizaines de séries télévisées mais surtout dans Le Retour des morts vivants, Hidden ou le cultissime Le Clandestin) ou d’un prof de sport plus horrible encore que les disciplines qu’il inculque (le patibulaire Marshall Bell, dans un rôle parfait pour lui). Venant d’un pays où les céréales offrent les griffes de Fu Manchu, on ne s’étonne plus de la sortie d’une sorte d’Amityville avec des griffes et un chapeau, agrémenté de quelques détails supplémentaires affreux comme les cerbères de Freddy ou les horribles chat et rat customisés. Et puis, gargl, sans la permission d’Alfred Hitchcock, même les perruches attaquent ! On note que même si ton enfant lit Sur la route de Kerouac, on ne peut faire confiance à cette terrible engeance : autant donc les laisser bouillir dans une piscine avec l’aide de notre bon vieux bousilleur de rêve. Freddy for president !!

Bonus : bande-annonce, filmographies et quatre documentaires : Un nouveau héros (6’), L’érotisme de Freddy (3’), Le maquillage de Freddy (3’), La parade de Freddy (5’)

1 voir Freddy - L'Intégrale : Les Griffes de la nuit de Wes Craven (avec Heather Langenkamp, Johnny Depp, Robert Englund, John Saxon…) 1984.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

bd jeunesse sarbacane aventure