Chroniques DVD
07
Jan
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : adaptation géniale

Scénar : Jiminy Cricket le grillon (sic) raconte l'histoire du sculpteur sur bois Gepetto qui vient de terminer un pantin. Il le nomme Pinocchio et souhaiterait que celui-ci soit un vrai petit garçon. L’Étoile du souhait entend et exauce le vieux bonhomme mais le pantin doit prouver sa valeur pour devenir un petit garçon complet. Jiminy devient la conscience de Pinocchio mais ce n'est pas si facile pour l'aspirant humain de l'écouter dans un monde plein de tentations devant lesquelles on ne reste que trop rarement…de bois.

 

C'est la troisième et cette fois c'est la bonne : après deux tentatives dont il ne reste quasiment rien (la première de 1911 se limite à quelques minutes d'images tandis que la seconde de 1936 n'a jamais été terminée par son réalisateur et a été perdue depuis le temps), cette troisième adaptation des célèbrissimes Aventures de Pinocchio créées par Carlo Collodi est un autre pur chef-d'œuvre du Disney de l'âge d'or après Blanche Neige et les sept nains trois ans auparavant. Tout y est : une animation fluide et de belles couleurs vives, une chouette alliance entre images et musique (le pantin avec les fils, les coucous géniaux de l'atelier…), et côté version française, un doublage au poil.

Bien sûr, dans cet éloge de la morale et des valeurs tout à fait dans le domaine habituel de Disney (au fait, ne bâtira-t-il pas lui-même sa propre « île enchantée » d’où ne sortent au final que des ânes abusés ?), on trouvera un vrai innocent face à de fieffés canailles (Grand Coquin et Gédéon ou Stromboli l'exploiteur en puissance rappellent les fripouilles made in Dickens) et même des mythes vivants (Monstro, la baleine qui bouffe…des poissons !) dans un récit sombre et pluvieuse dont quelques séquences sont vraiment faites pour effrayer, par exemple la géniale scène de la poursuite après le radeau pour laquelle la vague d'Hokusai a dû servir d’inspiration. Et pis d’abord, Figaro le chat annonce l'espièglerie des Aristochats, non mais !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

aggressive agricultor thrash punk hardcore rural
black death metal toulouse cd