Une petite contribution ?

Chroniques DVD
14
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : rue barbare

Scénar : une délégation de neuf membres de chaque bande de New York se rend à la réunion du chef Cyrus, dans le Bronx et sans arme. Cyrus veut dominer la ville en s’opposant à la fois aux flics et à la Mafia mais, pan, il est soudain abattu par Luther de la bande des Rogues. Un type de chez les Warriors a tout vu mais l'assassin fait porter le chapeau à ce gang dont les membres vont devoir rentrer dans leurs pénates à Coney Island à plusieurs dizaines de kilomètres, sans moyen de se défendre donc, et avec tous les autres gangs à leurs trousses. Manquerait plus que naissent au sein du petit groupe de fuyards des rivalités pour pimenter un merdier déjà franchement bien corsé…  

Premier roman de Sol Yurick publié en 1965, lui-même inspiré de l’Anabase de Xénophon, épopée de Spartiates dans l’Asie Mineure du IVème siècle avant Jésus-Christ, Warriors donne sa trame à un film cultissime qui lui aussi fera des petits avec ses gangs de New York (ah !), ces Orphans, Riffs, Baseball Furies, Lizzies, Rogues ou Turnbulls qui forment de belles galeries de sales gueules à bonne dose de gros cheveux et tous désignés par leurs tenues pour certaines directement héritées d'Orange Mécanique (certains maquillages ou fringues sont proprement terribles), ce gros paquet de figurants erre - vite, ce film a dû demander un sérieux entraînement sportif parce que les personnages ne font que courir - dans une gigantesque ville crade et à demi-vide de nuit, comme dans une sorte de western nouvelle école et hyper-urbain.

La musique de Barry De Vorzon (Dillinger, Le Bagarreur, Légitime violence…) énergique ou flippante selon la force du « nowhere to run » des pauvres Warriors en vadrouille, une sérieuse touche de quasi-nihilisme punkoïde, de la violence visuelle certes vieillie mais explicite et des éléments de décors franchement chouettes (la caisse des méchants est ultra classe !!) font de ce troisième Walter Hill 1 un classique du cinéma populaire noir.

1 après Le Bagarreur et Driver.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

blues rock thorogood destroyers cd
brutal death metal sweden tape cassette