Chroniques DVD
20
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre: série-monument

Scénar: tout commence quand Tobias Beecher, avocat issu d'une famille aisée, se retrouve au centre pénitentiaire de Oswald, surnommé Oz par ses occupants. Au sein de cette taule de sécurité maximum, l'idéaliste Tim McManus tente d'expérimenter avec Emerald City une nouvelle méthode avec les détenus. Mais l'homme, où qu'il soit, et avec qui qu'il soit, est un loup pour l'homme pas vrai ?

Chaque épisode a son Monsieur Loyal, le prisonnier Augustus Hill (joué par Harold Perrineau Jr., un acteur tout simplement formidable !), un petit malfrat infirme depuis que les flics l'ont balancé du haut d'un toit après qu'il a tué un des leurs. Il présente les personnages, uniques et géniaux, nés du cerveau fécond de Tom Fontana qui a imaginé pour chacun des parcours, des accidents de vie, des rebondissements.

Les plus récurrents pendant les six saisons que dure la série (sur cinquante-six épisodes) sont nombreux, citons Poet, le slammer toxico, Schillinger le nazi, Kareem Saïd l'imam prédicateur, Nino Schibetta le mafioso, Ryan O'Reilly l'irlandais sournois, les gangstas Jefferson Keane et Simon AdebisiMiguel Alvarez le latino paumé ou encore l'illuminé Rebadow. Outre McManus, le personnel de la prison comprend aussi de très importants rouages comme la soeur Peter Marie, psychologue ET nonne (tu parles d'une croix !), le docteur Nathan, une latino poursuivie par le sort, le père Mukada, le directeur Glynn qui se bat bec et ongles avec l'enfoiré de gouverneur Devlin, caricature du républicain américain dans ce qu'il a de plus abject, pour gérer la prison de façon juste.

Cette série est inoubliable sur de nombreux plans, d'abord pour sa bande originale 1 et ses effets sonores très percussifs, mais aussi les jeux d'image et de sons inventifs. Les épisodes marquent aussi car sont le moyen de débattre de sujets de société: fichage des délinquants sexuels, peine de mort, privatisation des services publics, course au scoop des médias sans scrupules, magouilles politiques, conflits confessionnels, guerres des gangs…

On découvre le passé et les secrets de chaque personnage au fur et à mesure et voilà un moyen d'accrocher les spectateurs avec un suspense souvent vraiment insoutenable ! On se sert évidemment de ce microcosme pour rejouer en cercle fermé les guerres qui se produisent extra-muros, la torture psychologique incessante et la violence parfois extrême font de Oz une série à ne pas mettre entre toutes les mains, le réalisme cru, la nudité masculine très souvent exposée mais aussi les scènes brutales liées à la drogue ou au sexe sont carrément explicites.

Un pur monument de la série US, une des trois meilleures de tous les temps, sans problème. Tous les acteurs se retrouveront dans d'autres séries à succès comme DexterNew York Unité SpécialeDr HouseThe Closer etc. Tom Fontana sera quant à lui à l'origine de la série Les Borgia, autre gros succès télévisuel.

P. S. : y en a vraiment marre des sous-titres bourrés de fautes même si ce coffret est visiblement d'origine française...

1 on en a parlé ici : Oz [V/A] The Soundtrack (Avatar Recs) 2000.

© GED Ω - 28/12 2012

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

blood grind death metal allemagne vinyle
james bond 007 aventure espionnage
sunstare sludge doom metal francec cd