Une petite contribution ?

Chroniques DVD
02
Jan
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : petit, petit western

Scénario : la fausse monnaie envahit le Far West, visiblement via la frontière mexicaine. L’agent du gouvernement John Wyatt est chargé de faire régner l'ordre et surtout d'enquêter sur le « Medecine show », un drôle de spectacle organisé par un ancien détenu, « Doc » Carter, déjà condamné une fois pour avoir refilé de faux biftons. L’homme au grand chapeau cavale donc après le spectacle qui laisse systématiquement derrière lui des problèmes comme une traînée de poudre lors de son passage. Il se fait engager par Carter comme tireur d'élite mais la prochaine ville qui accueille le spectacle est celle de l’ancien complice du « Doc » qui ne veut absolument pas tomber sur lui et qui pour s’en assurer envoie ses hommes dissuader le pseudo-toubib de venir rôder sur ses plates-bandes où il aurait tôt fait de gêner…

Comme tous les films tragiquement tombés dans le domaine public à cause de problèmes de fafiots mal signés, on a heavy-demment droit à, d’abord, une mauvaise copie, l’image n’est franchement pas brillante. Mais le pire, c’est le son : le générique de cette version française colorisée a forcément été refait au synthétiseur, un truc horriblaffreux mais peut-être pas autant que le doublage, très proche de la caricature, et des bruitages, totalement moisis. Pas top, du coup, quand John Wayne s'efforce d'incarner un héros déjà très efficace en ce qui concerne le fait de jouer au redresseur de torts, quelques échanges de pains dans la gueule et de petites fusillades montrant déjà sa supériorité légendaire sur les forces du Mal.

Au contexte western, attendez-vous à l'ajout d'une bonne dose de comédie parfois un peu neuneue mais on survit malgré tous ces défauts, Paradise Canyon de son petit nom étant un tout petit film, on ne tirera pas plus dessus qu'il est nécessaire, le fait que le « Medecine show » se déplace déjà avec un camion est assez inhabituel au milieu d’un scénario pas super brillant par son originalité et d’un montage n’hésitant pas à jouer le remplissage dans un métrage déjà fort court (moins d’une heure) au moyen d’innombrables scènes de poursuite à l’effet visuel totalement ridicule car répétitif à souhait, surtout avec ces images accélérées de cavaliers toujours presque drôles. Enfin, peut-être pas autant que cette grotte en carton-pâte !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac