Une petite contribution ?

Chroniques DVD
19
Nov
2020

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : iconoclasme permanent

Ce coffret accompagné d'un livret bilingue français - anglais (la couv' ci-dessous) contient tout un tas de travaux du célèbre collaborateur de Jean-Pierre Jeunet Marc Caro, une vingtaine de courts-métrages d’une longueur de moins d’une minute à presque un quart d'heure.

- Rude raid (1984, 13' en couleurs) nous présente une chorégraphie réglée par Régine Chopinot et pour le moins hallucinée, celle  d'un bonhomme déguisé en robot dans un régime légèrement anxiogène où sur le beat d'une musique robotique, saccadée et rapide, des barreaux l’entourent petit à petit, on s’aperçoit qu’en fait il y a plusieurs personnages qui forment un commando censé mener une mission de destruction, en commençant par les yeux avec les costumes signés Jean-Paul Gaultier. Belle alliance en tout cas entre la musique et l'image et jolie trouvaille que ces personnages tranchés qui se transforment en split screen si l'on peut dire. Un univers foufou dont on ne fait pas des folies mais qui annonce déjà l'univers particulier de l'artiste, un cinéma expérimental ne manquant pas d'humour même si certaines parties (enchaînements d'images, arrière-plans) se veulent forcément inquiétants, un peu comme la musique de PARAZITE.

- Maître cube (1984, 4’ en noir et blanc) le personnage (Christophe Salengro) cherche un appart' mais il n'est pas au bout de ses surprises en visitant cet immeuble. L’éternel président du Groland jeune et déjà éternel mais surtout cubique, propulsé dans un univers sombre et relativement dingue, l'absurde a forcément sa place. Jean-Pierre Jeunet est remercié au générique.

- Etc... (1985, 2’ en noir et blanc) avec un générique assez similaire au précédent, ce sont cette fois-ci les personnages de cartoons qui sont tripatouillés jusqu'à plus soif.

- Les Tzars (1987, 5’ en couleurs) : clip pour le groupe INDOCHINE dont nous ne sommes pas le plus grand fan mais que nous avons redécouvert par ce superbe clip dont certains « acteurs » sont bien connus, Adolf Hitler et Benito Mussolini par exemple, mais aussi Hô-Chi-Minh, le Shah d'Iran… Ou comment rappeler que dans ce monde il y a comme un lézard.

- Le Défilé (1987, 4’ en couleur) : résumé filmé d'une chorégraphie - découpée en quatre séquences - de Régine Chopinot, Jean-Paul Gaultier reprenant sa place aux costumes tandis que la bande originale est un morceau des RESIDENTS.

- Chronique de la révolution (1988, 1’ en couleur) ou comment intelligemment et génialement résumer la révolution française en une minute avec Rachmaninov pour bande originale, ils ont même chipé la présentation des livres des éditions Chroniques !

- Le Topologue (1988, 3’ en noir et blanc) : hommage à Méliès via les numéros d'un illusionniste du troisième type sous les traits de Christophe Salengro.

- Le Cirque conférence (1989, 4’ en couleur) avec encore et entre autres Christophe Salengro que l'on dirait abonné aux costumes les plus excentriques.

- Dynamo (1989 31’’) : le Rubik's Cube culturel dont les faces sont occupées par différents personnages aux tronches plus ou moins inspirantes.

- K. O. Kid (1991, 3' en couleur) : le match de boxe unit trois personnages, les boxeurs François Hadji-Lazaro et Dominique Pinon, et l'arbitre Christophe Salengro. Ce match serait totalement inégal dans la réalité mais chez Caro les corps sont transformés en sortes de chewing-gums bien pratiques pour éviter les coups donnés par l'énorme type et même pour coller des pains à distance quand on est le plus rapide. C'est fou comme la musique peut rappeler celle de PRODIGY alors que c'est Dee Nasty, Pitof et Hubert du Candole qu'il auraient composé.

- Savoure le rouge (1993, 5’ en couleur) encore un clip pour INDOCHINE, travelling infini dans un décor de rouille, d'os et de chair pas piqué des vers.

- Les Cyclopodes (1996, 4’) où la chorégraphie des protozoaires se révèle des plus psychédélique via des images formidables.

- Lsdead (1996, 3' en noir et blanc) : sur une musique de Jeff Mills un bon vieux bad trip hallucinogène à souhait dans la lignée du précédent, osmose totale entre les images et la musique.

- Touentiouane (1997, 3’ en noir et blanc et en couleur) la métamorphose de Monsieur 1900 en Monsieur 2000.

- Coloured city (1998, 4’ en couleur) clip pour Laurent Garnier entre huileux et stroboscopique.

- Exercice of Steel (1998, 5’ en couleur) : film de prévention contre le sida commandité par le ministère de la Santé et où le sextoy est roi, l'image méchamment explicite et pornographique.

- Aka science music (1999, 1' en couleur) : commandité cette fois par le ministère de l'Éducation britannique, il explique le phénomène sonore et vibratoire aux clubbers.

- Groland Sat (1' en couleur) : un des génériques de 2001 de l'émission de Canal+

- Trois génériques (2003, 30’’ en couleur) pour le magazine d'animation d’Arte Animag

- Samàdhi (2004, 5’ en couleur) clip musical du premier album de TEMPSION, une bulle qui déambule.

Mais où est donc passé le court-métrage l'évasion sorti en 1978 co-réalisé avec Jean-Pierre Jeunet mais aussi la concierge est dans l'escalier de 1987 que l'on retrouve référence est ici et la mets dans ton ne sais ici rien

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac