Chroniques DVD
01
Déc
2006

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : au royaume des débiles, les idiots sont rois

Scénar : comme si on ne l’avait pas senti arriver depuis des lustres, l’abrutissement de l'espèce humaine est désormais avéré : les plus intelligents sont trop cons pour se reproduire et les plus cons ne savent pas ne pas le faire… Mais l’Histoire va changer… Enfin normalement… On congèle Joe Bauers, un type considéré comme la personne la plus moyenne de la base militaire en même temps que la prostituée Rita. Pendant que les humains battent ensuite des records et deviennent de plus en plus cons, au point que la planète est devenue une gigantesque décharge à ciel ouvert en 2505, les deux frigos depuis longtemps oubliés émergent sous les épaisses masses de déchets. Joe retrouve Rita et entreprend la recherche d’une machine à remonter dans le temps avec un abruti de l'époque, autant dire que ce n’est pas gagné…

Avec sur sa pauvre surface une infecte population chaussée bien sûr de Crocs, gavée bien sûr de bouffe et de boissons pourries, obsédée bien sûr par le pognon, la télé et le sexe et où bien sûr la Maison Blanche est aux mains de tas de merde qui ont fini par se débrouiller pour que toutes et tous soient électroniquement scannables, beaucoup de choses, beaucoup trop de choses, sonnent soooo 2020 dans ce futur « lointain » pour ne sentir qu’une simple farce derrière tout ça. Bien sûr. Il est d’autant plus dommage que la grande part de vulgarité dans le discours (le réalisateur est pour rappel le créateur des ineffables Beavis et Butt-Head, déjà franchement pas fins…) et un panel de personnages d'une extrême stupidité, comme l'histoire qui surviendra nous le montrera bientôt, empêchent une lecture agréable de la chose.

Car trop de débile tue le débile, on attendait un pamphlet, pas forcément une pochade qui manque du coup son objectif (??). Alors si on trouvera ici et là des moments plutôt drôles, le président complètement jobard incarné par l’Expendable Terry Crews est pas mal dans son genre par exemple, rien ne décolle vraiment jamais de la comédie grassement neuneue. C’est tout à fait rageant quand on pense que Mike Judge avait été inspiré pour faire ce film par une baston improbable entre deux mères de famille à Disneyland, on aurait tellement aimé un truc plus fin et acide… Sinon, le titre original Idiocracy était carrément mieux trouvé, mais sûrement trop compliqué pour son public que l’on imagine plus être la cible du film que des amateurs de satire à boulets rouges. Qu’il se rassure, on sait maintenant que Fox News existera toujours en 2505, ouf.

Bonus : scènes supprimées

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

cafzic fanzine rock papier France
carlo lizzani gina lollobrigida drame guerre