Une petite contribution ?

Chroniques DVD
22
Déc
2012

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

namibie génocide allemagne documentaire tv

Dans le cadre de la série documentaire La Case du siècle, Anne Poiret revient sur le premier grand crime du XXème siècle :

en 1884, l'Allemagne, qui s’est s’approprié moins de colonies africaines que ses concurrents européens, déclare la Namibie encore libre comme protectorat après l’établissement de plusieurs comptoirs commerciaux. Mais la résistance de la tribu « inférieure » des héréros contre les envahisseurs les surprend, le Kaiser envoie en 1904 le général Lothar von Trotha, un officier brutal à la tête de centaines d'hommes supplémentaires. Les héréros se retranchent alors dans la région montagneuse du Waterberg mais les Allemands les encerclent, massacrent les fuyards et ouvrent des camps de concentration dont l’idée est héritée des Britanniques pendant la guerre des Boers. Là, les prisonniers sont tués au travail, même les enfants, tandis que von Trotha fait annoncer que tout héréro trouvé en « terre allemande » sera abattu. Le Kaiser tempère en 1905 mais la guerre contre la tribu des Namas, d'abord alliée des Allemands, entraînera la perte de 50 % de la population de cette ethnie.

Un détail horrible supplémentaire : dans un but expérimental il sera mis en place un trafic de crânes et de corps pour les musées qui tentaient déjà d’étayer les théories racistes très à la mode début du XXe siècle. En plus d’être pendus ou fusillés, on contraignait régulièrement les prisonniers africains à faire bouillir et nettoyer les ossements en partance vers Berlin où d'autres pseudo-scientifiques racistes « travaillaient » sur les « inférieurs », est-il besoin de préciser qu'ils deviendront nazis pour beaucoup quand le temps sera venu ? Après la première guerre mondiale, l'Afrique du Sud couvrira les agissements allemands via l’Apartheid. Cette extermination programmée fit quasiment 100 000 mort aux corps toujours sans sépulture, pour beaucoup disparus dans les sables du désert, et les lieux d'ensevelissement connus piétinés par les promeneurs locaux n'apaisent pas les esprits.

Tout cela pourrait paraître fou si les preuves n'étaient pas pour la plupart accessibles via la maniaquerie administrative teutonne, il est d'autant plus triste que des statues de l'époque subsistent sur place, quelques stèles du souvenir de l'horreur font même face à des plaques dédiées aux soldats allemands, du coup les irruptions dans les assemblées afin de réclamer un devoir de mémoire se font souvent de manière tendue. Des namibiens montent des expos dans le but d'informer et d'éduquer la population noire d’autant que les descendants allemands de l'époque coloniale ne semblent pas du tout enclins à discuter ou admettre, ils possèdent beaucoup du pays alors qu'en contrepartie les tribus Héréro et Nama aujourd'hui ne représentent plus que 10 % de la population.

Quelques descendants des tribus disparues viennent témoigner sur ce pan méconnu de l'histoire de la colonisation dans un documentaire implacable qui s'appuie sur des documents et des photos d'époque.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

heavy speed metal german vinyle hard