Une petite contribution ?

Documentaire
05
Avr
2021

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Death-y-dément, Talent Éditions y vont fort avec les plus grandes voix du heavy metal

puisqu’après Bruce Dickinson d’IRON MAIDEN 1, c'est maintenant Rob Halford de JUDAS PRIEST qui se voit passer au confessionnal, c'est parti pour plus de cinquante ans de rock'n'roll !

Après une enfance somme toute assez tranquille malgré un milieu pauvre au Black country, cette région où la sidérurgie régissait la vie de tous les habitants, dont celle de son père qui y travaillait pour la plupart du temps, le petit garçon découvre deux particularités chez lui. La première, c'est que sa voix est exceptionnelle et fascine ceux qu'ils entendent, la deuxième c’est qu'il n'est pas attiré par les filles. Et l’époque n’est pas, mais alors pas du tout prête pour ça. Le chanteur évoque dès l'entrée en matière les immenses difficultés qu'il a éprouvées pour assumer puis révéler son homosexualité dans un milieu si particulier que celui du heavy metal (auquel appartiennent déjà des « voisins » prestigieux comme LED ZEPPELIN et BLACK SABBATH)…

Car sa passion pour le théâtre le conduit à travailler en tant qu’homme à tout faire puis éclairagiste dans une salle des environs avant que la musique, de plus en plus hard dans sa sélection, prenne le dessus : BEATLES, Jimi Hendrix puis LED ZEPPELIN et DEEP PURPLE ! Il enchaîne au micro les petits groupes qui ne mène nulle part jusqu'à ce que sa sœur lui présente son petit copain du moment, Ian Hill, bassiste du groupe JUDAS PRIEST qui cherchait justement un chanteur. Les musiciens se plaisent et la formation joue un peu partout, surtout grâce à un pote devenu manager sur le tas qui leur dégotte leur première date à l'étranger puis carrément un contrat d'enregistrement pour un premier album en 1974. Avant l’enregistrement, le groupe décide de se doter aux côtés de K.K. Downing d'un second guitariste, Glenn Tipton, et l'aventure a durer, et dure encore, après des décennies et une flopée d’albums. Le groupe va voir défiler les batteurs mais ne changera cette formule chant / guitare / basse que très tard dans son histoire.

En attendant, le livre compte d'innombrables anecdotes de tournée hilarantes (Judith Priest haha !), des secrets d'enregistrement et il faut reconnaître que Rob sait y faire pour raconter des histoires avec ce flegme anglais qui fait tout le charme des rockeurs d'outre-Manche. On ne connaissait pas la passion de celui-ci pour la mode ni rien de sa rencontre avec Superman à Pinewood, encore moins de son passage de menottes à Andy Warhol ou de sa conversation avec la reine d’Angleterre. Le milieu du spectacle, la pression incessante, mais aussi les ravages que fait le manque d'amour dans une vie à une époque où s’éprendre d’un homme ne fait pas partie des choses possibles (d’autant plus dans un milieu aussi macho et sectaire que celui du heavy metal qui a depuis, heureusement, un peu évolué), les ingrédients classiques sont aussi au programme : sexe à risque, alcool, drogue, cures de désintoxication, procès, scandales, mais aussi la Mort qui rôde (le suicide de son compagnon, la fin de ses parents…).

Côté traduction, pas sûr qu'il soit des plus agréable pour les lecteurs chevronnés de trouver à un certain nombre de coins de pages des expressions aussi désagréables que « chaud patate », « rager », « gars », « de base » et autres jeunismes mais ce bouquin est un vrai plaisir global pour les fans du groupe et plus généralement de rock. Ils auront peut-être toujours du mal à croire qu'il faille (fallait ?) glisser des pièces pour se chauffer en Angleterre mais peut-être ceci répond-il au pourquoi du besoin d’agressivité d’une génération de musicien si influentielle qu’on ne dénombre pas moins depuis de dizaines et de dizaines de milliers de formations du genre à travers le monde. Et que ce n’est pas près de s’arrêter.

HEAVY METAL IS THE LAW !!

393 pages dont un cahier photo, 22 €
ISBN : 9782378151836

1 afin de lire plein d’autres chroniques à l’occasion, clique juste sur les noms en rouge.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac