Fanzines
02
Avr
2023

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

pain vin bourrin fanzine punk metal

On avait prévenu : ici c’est « la culture enfin dans le désordre »,

c’est pourquoi le neuvième numéro de Rai a déjà été évoqué 1 alors que nous ouvrons ce numéro 8 qui contient une information tout à fait renversante : Rai est allé au Hellfest. Bien lui en a pris car même invité, c'est juré, c'est promis, nous n’irons jamais (allez chante : jamais, jamais, jamais, jamaaaais !) et du coup on est bien content de pouvoir lire ce que notre confrère a raconté au sujet de la Bête Noire en personne.

Mais soulignons tout d'abord une couverture de toute beauté et un édito qui vaut son pesant de vin puisqu’il a promis qu’il ne parlerait pas des élections présidentielles mais qu'il y met quand même les deux pieds (gauches) dedans, ça c'est sûrement la faute à l’Atlas ouverte un peu vite en début de taf mais après tout on pourrait dire pareil de nous avec nos bouteilles de vin puisqu'on a oublié que Rai avait déjà parlé du festival que désormais nous ne nommerons plus, celui dont de toute façon 99 % de ses participants ne se rappellent de rien de ce qu'ils ont vu, le pourcent restant étant des gens venus là parce qu’on leur avait dit qu’il fallait.

Grâce à de superbes collages, le reportage s’avère tout à fait délicieux mais rien à voir avec le tour report que notre journaliste préféré nous offre autour du Blitzkrieg Tour de deux groupes auvergnats (LOUKANIKOS et DEATH RATTLE), une tournée tout à fait exceptionnelle puisqu’elle « ne comportait qu'une seule date mais elle dura tout de même deux semaines ». Encore une fois la mise en page frise l’art total mixant écriture, dessin (mais c'est que le garçon n'est pas mauvais avec un crayon ou un stylo ou ce que vous voulez), photo de radar autoroutier et renseignements touristiques de la plus grande importance

Des chroniques de disques totalement ravagées complète le sommaire et l'on trouve que le nom de Michel Sardou est un peu trop souvent écrit là-dedans pour être honnête et franchement on n’échangerait pas nos potes (de toute façon, ils se font rares) avec ceux de Rai vu les horreurs qu’elles ou ils lui offrent. Ceci dit, peut-être qu'on les préférerait au punk mélodique (NOFX, non mais quelle horreur) dont les disques sont parfois vus comme des joyaux (à 22 balles, y a intérêt) ou aux téléphones que l’on déteste, quitte à être fouetté à l'aide de queues de raie toxiques !

Un reportage, deux reportages, GUERILLA POUBELLE puis LES RAMENHIRS DE MONEURS, le retour d’Annette la Canette et Riton le Cach’ton, quelques chroniques cassettes et le nouveau jeu qui n'est plus si nouveau chez Rai de répondre à des gens qui se sont exprimées dans le journal local sur leurs petits problèmes au quotidien, PERSO, ON ÉTAIT VACHEMENT PLUS INTÉRESSÉ PAR LA DÉMO DE FUKUSHIMA MERGUEZ.

Ah et puis il y a aussi un extrait d'une BD d’Ulli Lust (on va essayer de creuser de ce côté-là) et celui qui a de bons yeux trouvera sûrement la blague allemande la plus ennuyeuse du monde

Sans vouloir médire de l'écriture, je crois que notre page préférée de ce numéro est la page coupure de courant, elle est purement géniale, aussi géniale que l'interview factices de BAKOUNINE qui suit.

52 pages A5 photocopiées

1 voir https://www.nawakulture.fr/rechercher?searchword=Du%20pain%20du%20vin%20du%20bourrin&ordering=newest&searchphrase=exact&limit=20

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

brutal death grind grèce cd
indus metal nin cd reznor
yummy horreur gore zombies contaminés film dvd
bande originale kubrick orange mecanique beethoven rossini vinyle