Une petite contribution ?

Chroniques romans
17
Mai
2016

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine dans C Le Mag N° 138]

« Tu refais le film de ta vie ? Sûr que oui. Je connais : on repart à zéro et on arrête les conneries. Ça sert à rien, petit rocker. Les fautes d'orthographe sont toujours là quand tu ouvres les yeux. Soulignées en rouge ».

Troisième roman de l’auteur espagnol après Soudain trop tard et N'appelle pas à la maison (également parus chez Asphalte), J’ai été Johnny Thunders met en scène Francis, une vieille gloire du (punk) rock barcelonais qui, la cinquantaine venue avec la banqueroute et la chute dans l’oubli, se voit contraint et forcé de revenir vivre dans le quartier de sa jeunesse, dans l’appartement même de Paco, son père vieillissant. Cette jeunesse perdue, qu’il voit rejouée à chaque pas à travers les souvenirs et les fantômes qu’il croise, lui colle à la peau, il découvre même qu’une bonne partie de celle-ci s’est faite en son absence quand la drogue monopolisait son corps.

Il assemble certaines pièces du puzzle avec d’autres, s’aperçoit que certaines sont perdues à jamais et quand les tentations de replonger se font insistantes, la vie ne fait rien pour faciliter les choses. On ne vous fera pas croire qu’on ne nous avait jamais servi un roman sur le retour auparavant, sur les brûlures d’un passé sex, drugs & rock’n’roll, sur la délicate quête de la rédemption e tutti quanti… Sauf qu’ici le récit prend une forme poignante avec ces personnages attachants secoués par des tas de rebondissements.

Et par une bande originale bien rock’n’roll (voir la playlist sur le site de l’éditeur). Et voilà (enfin) une couv’ qui attire l’œil !

321 pages, 22 €
ISBN : 9782918767589

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

ultra light blazer jazz rap rock cd