Chroniques concerts
26
Jui
2012
rock progressif français ange concert

Suicide Week - Part I : Un ANGE passe...

 

[La Suicide Week, quoi-t-est-ce ? Du 14 au 21 juin, enchaîner six concerts, une interview, un tournage et une séance de ciné, tout ça rien que pour les lecteurs, c’est du suicide, et pourtant la Church l’a fait malgré les embûches et le désintérêt de certains mais aussi grâce au soutien d’autres et à des rencontres fructueuses. Voici la première page d’une série de neuf articles à suivre. Bonne lecture !

 

Des années après une première interview (là : ANGE [Fra]), une nouvelle rencontre avec l’ANGE Christian Décamps s’imposait, un concert à l’Antirouille de Montpellier en est le succulent prétexte car ce soir-là, pas d’orage pour empêcher le spectacle comme la dernière fois ! 

 

Dès les balances on sait que l’ANGE est en forme, le son est compact et puissant, Christian salue votre non-serviteur et lui indique un décalage de notre entretien, puisque c’est comme ça, vu la chaleur, c’est une blonde fraîche à proximité d’un club de sport fréquenté par de bien belles donzelles et de l’Antirouille, le monde s’en trouve parfois pas totalement moisi. Mais, crénom, même à côté de la salle, un angle mort empêche une vision de sniper sur l’entrée qui forcément ressemble maintenant à une file à la CAF, nom d’un guichet ! Le temps d’une demi-heure de gaz d’échappement, de démonstrations vocales d’adeptes des GYPSY KINGS et d’autoradios audiopolluants et l’entrée, enfin, s’opère. 

 

Une affichette demande au public de respecter le nouveau spectacle et de ne pas diffuser de photos ou de vidéos sur le net avant quelques jours. Evidemment on pouvait se douter que les phonophiles moyens ne joueraient pas le jeu et allons-y gaiement qu’on filme le set direct avec des appareils du plus haut ridicule, mains sur la tête comme des clandestins du bon goût, empêchant par là même les gens de taille moyenne de regarder le beau spectacle : pas de problème ici, on taille au-dessus, mais bon... Qu’il soit clair que tout le monde se fout complètement de photos prises n’importe comment et étalées sans vergogne aucune sur ton profil èffeubé, de vidéos péraves filmées avec un téléphone au zoom parkinsonien, qu’il est fatigant de voir des gens passer à côté de vrais moments de rock pour exposer leur vie et souvent leur manque de talent... La démocratie a des limites ici, juste là, surtout quand l’artiste compte sur son public pour ne pas se comporter comme un geek de basse-cour. Le concert ? Quel concert ? Ah ! Ouiii le concert ! Pardon.

Le spectacle, mené par un Christian à la cravate large et bigarrée, se révèle beau comme un film dont on a envie de parler à la fin - essayez de vous rappeler le dernier qui vous a fait cet effet - avec ses scènes aux couleurs variées, aux ambiances oniriques ou clownesques c’est selon l’immortel M. Loyal, bien heavy autrement (L’intro de A colin maillard ! fait le ménage par exemple, Tueuse à gages rocke bien également). Le leader semble néanmoins laisser de plus en plus de place (vocale) au reste du line-up et ce n’en est pas pour autant une idée saugrenue : Tristan est un excellent vocaliste et le duo Hassan / Thierry sont également deux putain de chanteurs ; juste pour preuve parmi d’autres Les Collines roses avec ses superbes harmonies vocales avec des touches à la RADIOHEAD, trip-hop voire BJÖRK.

 

Certaines ambiances froides mais éthérées s’accouplent avec bonheur avec des projections vidéos très réussies. Les questions fusent à l’écoute des textes de tous ces hymnes, antiques ou récents : d’où vient cette énergie étrange ? Le progrès est-il la mort du rêve ? A quand un texte signé Décamps au bac de philo ? Et paye ton interview (bientôt en ligne) dont la Church est la seule à faire la requête, ce qui prouve l’utilité de la presse rock aujourd’hui : une machine de pub aurait eu radios et journaux, une institution artistique n’a qu’un Ged. S’il faut un dernier, et bien je serai celui-là, bande de pignoufs ! Très bon concert, encore. 

 

Note pour plus tard : penser à graisser les portes des gogues. 

 

A suivre demain l’interview qui suivit le concert : ANGE [Fra]

 

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

ac/dc hard rock australie cd
speed hardcore punk d-beat angleterre