Chroniques concerts
08
Nov
2022
unsane live-report monstpellier noise rock rockstore

Déjà, comme chacun sait, « nous n’avons pas les mêmes valeurs » !

On ne peut pas tous se rendre à Montpellier avec une voiture qui conduit toute seule (petite minute de silence pour la passagère montée à Pézenas et la tête qu'elle a dû faire quand le bonhomme lève soudain les bras au-dessus du volant, merci d’avance) hein ? Le ragga à l’espagnole (auquel on aura guère compris que la paella et la botella, l'essentiel en somme, argh !) n’atténue pas le passage face aux tragiques paysages d’Aumelas récemment massacrés par le feu, mais bon, il fait beau, les oiseaux sifflent et l'hippo campe. Seb n’est pas là, du coup let’s go comme d’habitude en un dimanche (presque) oisif vers les expos gratuites disponibles en deux lieux dont nous parlèrent souvent 1.

L’Espace Dominique Bagouet d’abord qui vient titiller les allergiques à la paille et où l'on s'aperçoit, c’est déjà arrivé quelquefois, de ses limites en matière d’art contemporain car c'est peut-être pour une fois la facette « scientifique » de certaines œuvres qui nous parlera le plus, curieux mais pas séduit du tout, fuyons donc au Pav’ Pop’ où se trouvent rassemblées d’innombrables photographies sous le thème Métamorphose - La photographie en France 1968-1989, une évolution certes flagrante dans l'art du portrait, du paysage, du passage de message, les photographes exécutent un mouvement radical vers la subversion et la crudité mais le monde fou (c’est toujours une bonne nouvelle pour le lieu) mais aussi l’épouvantable chaleur à l'intérieur d'un bâtiment pareil sont toujours désagréables pour le solitaire de service, re-fuyons !

Death-y-dément le temps n’en fait qu'à sa tête : ce matin le col roulé serait presque de mise, cet après-midi la mini-jupe est de la partie, pour le plus grand plaisir de ceux qui aiment ce qui est beau. Votre non-serviteur a beau être d’un courage exemplaire, la foule de 82500 personnes devant le musée Fabre le refroidit à tout jamais : non, assurément non, nous n'irons pas à cette exposition aujourd'hui malgré l'envie et la façade figurant l'insourire de Soulages dont on n'a jamais autant parlé (la Mort arrondit les angles) mais le sarcasme se paye toujours, au passage les gamins qui jouent avec leur ballon de foot empèguent le sac à dos de votre non-serviteur, il n'y a plus de respect, retour à la gare because dos brisé, mode aigriture activé, ou pas, voir Waiting for Seb (10 000 pas en trois actes sans barbarie).

Hop, fast forward, un paire de Westmalle chez le Seb retrouvé, on ze road pour le Rockstore, bonjour-bisou-paluche-check aux copains, pintado-pichétude et crac ce sont les suisses ASBEST qui prennent les commandes sonores du système cervical, les deux charmantes cordistes et le batteur du groupe nous entraînent dans un univers qui ne plaît pas vraiment à tout le monde et c’est peut-être pour ça qu’il nous séduit, un noise rock dark et heavy, marqué par des chants extirpés des tripes pour déchirer le silence d’une époque insidieuse, quelque chose entre L7, les PIXIES, le NIRVANA de "Bleach", les MELVINS et…UNSANE, au moins pour cette rythmique en béton armé, on va tenter d’écouter ça mieux sur disque, mais ASBEST live assure !

Groupe prends-ça-dans-ta-gueule par excellence, UNSANE, certes en formation ATX (le monument Chris Spencer aux chant, guitare et crachats, Cooper à la basse et aux coups de pieds, Jon Syverson à la batterie), est venu jouer un set comprenant une magnifique pelletée de morceaux de l’époque Matador entre autres, rares reliques d’un passé que Spencer est en train de proprement exhumer via son nouveau label Lamb Unlimited (l'arlésienne Improvised Munitions et l’album éponyme sont déjà sortis, adieu la spéculation de toutes les raclures habituelles sur un groupe qui mérite depuis sa formation une reconnaissance intergalactique). Onze longues années après la dernière fois 2 (et c’était sûrement déjà Head Records aux commandes), UNSANE assène une magistrale baffe à l’assemblée, sans aucun effort (Spencer n’a pas essoré une fois sa casquette hihi) et dans une ambiance fraternelle qui fait chaud aux tripes, putain qu’cétait bon !!! Et on en redemande, heavy-demment !!

Spéciale Ged-y-casse à Abel, la famille Groscheveux (ah si, cette fois ça revient !) et à tous les copains croisés ! Le train en retard annoncé, sans déconner, arrive à la bonne heure, le car par contre s’arrête à dix bornes, trois ou quatre à pieds suffiront avant qu’une voiture ne stoppe à hauteur de pôv’type, et sans pouce levé (plutôt crever !) mais le repos devient urgent : la vie est un long fleuve très kill…!

1 afin de lire plein d’autres chroniques à l’occasion, clique juste sur les noms en rouge.

2 voir UNSANE [Usa] + IZZY CRASH [Fra] à Montpellier, Rockstore le 23/06/11

Galerie de photos : https://www.nawakulture.fr/photos-concerts

Chaîne de vidéos : https://www.youtube.com/c/GedDudumoshingcamdici

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

punk rock france les sheriff concert