Chroniques CD
11
Nov
2015

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Après une longue période où le groupe s’est consacré à la scène,

voici le deuxième album des toulonnais de GRAND DETOUR, et comme l’explique gentiment le titre (et l’insert inclus), le groupe a choisi d’évoquer le travail, et plus précisément « certains aspects du travail qui nous touchent et qui nous font réfléchir ou douter ». A la croisée du post-rock contemplatif et du math-rock groovy, GRAND DETOUR offre une œuvre instrumentale très portée sur l’atmosphère mélancolique sans pour autant sonner chiant ou redondant. Ce groupe de passionnés se fait plaisir et fait son petit bonhomme de chemin, rappelle parfois les œuvres de MICROFILM tout en bâtissant tranquille son propre univers, on va se débrouiller pour dégoter le premier album car celui-ci vaut franchement le détour. Cette version CD semble limitée à 50 copies (?!) mais est à noter une version vinyle produite par 92 millions de labels dont les amigos de Voxproject et Crapoulet, check it out !

Tiens, ça te dit une variation horrifique en écriture automatique ? C'est par là : GRAND DÉTOUR [Fra] Tripalium (Désertion Recs / Dreamingorilla Recs / Drown within Recs / Rude Recs - 2015).


https://granddetour.bandcamp.com/album/tripalium

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

nasty samy punk rock france cd
homme invisible wells whale rains film
punk rock france les sheriff concert
marduk black metal suède cd