Chroniques CD
25
Nov
2008

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Compilation de répètes, Deep grave dungeons n'étonnera personne par un son génial,

ce n'est évidemment pas le cas puisque chaque groupe a pris un malin plaisir à foutre le maximum de bordel pendant que le magnétophone (le quoi ?) tourne aussi vite qu'il peut.


CRUCIFIER par exemple nous livrent une bouillie de couleur suspecte que ne renieraient pas les gentils employés de Blédina. Mais attention quand je dis bouillie, c'est de l'épaisse de bouillie hein ? Du black / death qui ressemble au coton-tige géant de Freddy Krueger dans le sixième épisode : efficace et bourrin, parfait pour être passé :

A - dans la Talbot Horizon,

B - à quatre heures du matin après le mezcal,

C - pour le réveil surprise de ton insupportable petite sœur.

Et en plus, imagine la joie du collectionneur, j'en pleure, les morceaux sont présentés dans des versions inédites (tu m'étonnes, fallait oser...).


Les suivants, THRONEUM, déjà responsables eux aussi de beaucoup d'enregistrements moisis du bulbe, proposent ici quatre titres dont une reprise de l'Ave Satanas d'ACHERON. Le son est du même tonneau, je vois que ces messieurs ont sorti le vitriol, c'est du brutal, etc. Deux morceaux sur quatre sont exclusifs, merci Monsieur l'ambassadeur. Pour le reste, c'est du tord-tympan comme on en fait peu, et à l'ancienne avec ça.


Aaaah SATHANAS, vieille légende américaine et sorte de cousin machin des INCANTATION et autres ACHERON, ont eux décidé d'enregistrer sur un quatre-pistes. Dit comme ça, c'est la classe. C'est en fait aussi audible que le reste, mais en plus thrashy. Et les vilains copieurs exécutent eux aussi une reprise d'un ACHERON décidément très à la mode (de chez eux s'entend) : Prayer of Hell. Là aussi deux titres sont totalement inédits.


Finir avec les suédois de BESTIAL MOCKERY, c'est un peu ingurgiter un tube de harissa au dessert : il y a plus doux pour digérer. Pour ne pas passer pour des nazes ils doivent aussi prouver qu'ils ne savent absolument pas prendre soin d'un enregistrement, fût-il destiné à Tante Gretchen. C'est donc avec enthousiasme, et bourrés, qu'ils offrent quatre affreux titres à leur tour. Et je ne vois pas, à part une énième blague sur les bruits de canettes sur les démos de metal, quoi rajouter à cet ignoble verbiage.


Pour les fans de bruit aux oreilles fossilisées, et moches avec ça. Ok, j'en suis.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

speed hardcore punk d-beat angleterre
anthony burgess orange mécanique livre