Une petite contribution ?

Chroniques CD
14
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Qui l’eût cru, le départ d’Uli Roth 1 n’a pas mené le groupe dans le ravin, bien au contraire.

Si le style a changé, dirigeant SCORPIONS vers un heavy rock gommant toute velléité psychédélique pour des appels du pied plus clair vers le rock pour stades, il fait ça bien. Ce Lovedrive est une pure tuerie, multipliant les hits d’une puissance dingue (Loving you sunday morning, le très speed Another peace of meat, Can’t get enough, le fracassant morceau-titre…) et les ballades sublimes (Always somewhere collerait des frissons à un zombie, Holiday clôt le disque de bien - trop ? - douce manière).

Mais les allemands n’ont peur de rien, font carrément ce qu’ils veulent, osent même, contrairement, à ceux qui s’auto-formatent bêtement à la même époque : un instrumental (Coast to coast, énorme) et même un putain de reggae ! Is there anybody there?, un truc qu’on arrive même pas à détester malgré notre légendaire aversion pour ce genre.

La pochette un peu moisie made in Hipgnosis reste un mystère, pour le reste, rien à redire, « Mother » Dierks a assuré pour le son, et le génial Michael Schenker, de passage encore et toujours éclair malheureusement, a lâché quelques soli ébouriffants, quel homme çui-là aussi ! Et tant pis pour le malheureux Mathias Jabs qui attendra son tour.

1 afin de lire plein d’autres chroniques sur le groupe, clique juste sur son nom en rouge.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac