Une petite contribution ?

Chroniques CD
20
Fév
2021

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Curieuse croissance pour cette bestiole-là…

Les particularités de son deathrash alambiqué avaient clairement tapé dans l’œil des amateurs de metal extrême, PESTILENCE fait un pas plus avant dans la violence effrénée avec un album officiellement death metal, la voix de Martin Van Drunen, que l'on placerait entre celles des divinités aux gosier moisi Chuck Schuldiner et John Tardy mais en plus sauvage, semble sortie du corps d’un zombie enragé, le reste du groupe construisant autour une armure bio-mécanique aux pointes rouillés et mouvantes.

L’importance des inclusions intelligentes de claviers et d'effets (Echoes of death, Deify thy master…) pour ajouter à l’ambiance d’un autre monde, la joie qu’éprouve le groupe à paumer ses auditeurs dans une incroyable quantité de riffs et de changements de rythmes sont tout simplement réconfortantes quand la redondance rôde déjà autour d'une scène qui grossit vitesse grand V, PESTILENCE lui a ici gardé un chien de sa chienne avec un passionnant album sur lequel on découvre souvent un nouveau truc malgré le nombre d’années et d’écoutes !

 

Cette réédition dans la même collection que celle du premier album (voir PESTILENCE [Nl] Malleus maleficarum (Hammerheart Recs - 1988 Réédition 2017)) aurait pu être l’occasion rêvée de mettre enfin sur le fourreau la pochette cannibalesque choisie par le groupe à l’origine et pas celle des fourmis de Squel imposée jadis par Roadrunner, mais l’impératif économique (et des gens tellement stupides qu’ils n’auraient fait la différence de cette édition avec un bootleg ou un truc du genre ?) a sûrement pris le dessus.

Un deuxième CD bonus contenant deux live (Bochum 1988 et Veghel 1989), mais aussi une version démo du morceau-titre, accompagne le CD de l’album tandis que le livret compile paroles, photos et souvenirs d’époque (traverser le rideau de Fer à Berlin pour aller enregistrer avec Harris Johns par exemple…).

Une sortie essentielle pour le souvenir d'un groupe de musiciens époustouflants !

https://pestilenceofficial.bandcamp.com/album/consuming-impulse

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac