Une petite contribution ?

Chroniques romans
22
Sep
2010

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[ Publié à l'origine dans C Le Mag #79]

La loi des séries ? Fatigué de courir après une armée désorganisée et un gouvernement qui n'en finit plus de se carapater sans en informer grand monde, Albert Mordefroid, soldat du 287ème régiment d'artillerie lourde d'Afrique, décide puisque c'est comme ça de mettre les bouts, de rentrer chez lui dans la Loire serrer sa Josiane contre son cœur et par la même occasion claquer une bise à la mère Lulu chez qui il pourra recommencer à boire à l'œil sans crainte. Ce n'est pas sans surprise qu'il trouve la Josiane au pieu avec un colosse qui lui administre sans attendre - un comble ! - une raclée des familles avant de le mettre proprement dehors, encouragé en sus par les vivats gouailleurs de la femme adultère. Le choc, le remue-méninges un tant soit peu brutal qui suivent sont interrompus par les jappements de son fidèle corniaud, décidément le seul être qui ressente de l'amour pour le dindon de cette farce. La joie sera de courte durée puisqu'une bagnole immatriculée sieg heil roule sans état d'âme sur le malheureux animal. C'en est trop pour Albert, la coupe est pleine ! Le coupable doit payer coûte que coûte, même s'il se trouve que l'incriminé n'est autre que Jacques Doriot, figure de proue de la plus servile des collaborations avec l'ennemi vert-de-gris. Commence alors pour Albert une chasse qui ne prendra fin qu'à la toute fin de la guerre, quand les intérêts des vainqueurs seront conjugués avec l'utilisation pour les satisfaire des exécuteurs des basses œuvres du régime défait, où les cartes troublées condamneront les uns et sauveront les autres sans tenir compte d'une quelconque morale.


Frédéric Paulin est formidable, il ressuscite par ce roman l'esprit du génial Je pense souvent à Louis-Ferdinand Céline, roman satirique de Sture Dalhström mettant lui aussi en scène l'écrivain que l'on retrouve - drôle de place - dans cette exquise Dignité ! Soufflant le chaud et le froid sur une histoire entre triste farce et roman historique façon Monty Pythons, l'auteur offre une galerie de personnages drôles (et réels pour la plupart) se partageant l'affiche pour le plaisir des lecteurs de Céline et ses récits à propos de la sombre épopée de Sigmaringen mais aussi Marcel Aymé et son Uranus, l'acide côtoie le sérieux pour un récit que l'on verrait bien adapté au cinéma tant tout fonctionne à merveille. Qu'ajouter de plus si ce n'est qu'on tient là un roman atypique qui mérite une reconnaissance grande et rapide au milieu de ce flot ininterrompu de nouveautés pas toujours très fraîches.


270 pages, 19,90€
ISBN:9782753806191

Voir aussi : La Grande déglingue de Frédéric Paulin (Editions Les Perséides – 2009)

 

© GED Ω - 22/09 2010

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

rottrevore death metal usa cd cult
morgue death grind hardcore noise cd
rolling stones blues rock cd
graffiti jace cazouls street art gouzous