Une petite contribution ?

Chroniques cinema
10
Juil
2011

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre: biopic paisible

 

Scénar: La vie du créateur et marionnettiste en chef du FBI J. Edgar Hoover, en public comme en privé, ou cinquante ans d'histoire américaine dominée par un de ses personnages les plus controversés et encore aujourd'hui entouré de zones d'ombre. 

Mené sur un rythme de conspiration de bureau, feutré et mélancolique, cet Eastwood expose sur la table les tripes d'un homme déchiré par ses contradictions et néanmoins un paranoïaque total prêt à tout pour contrôler le moindre élément de sa vie coûte que coûte, ainsi que de celle des autres, accessoirement. Son image de gringalet de burlingue, sa sexualité de la jaquette qui flotte, ses relations très profondes avec sa mère, avec le reste du monde même, sont soigneusement camouflées chez lui, fichées chez les autres, la classification s'empare de l'investigation policière en partie à cause de ça... Alors par contre évidemment si on s'attend à une biographie historique classique: un, c'est que l'on ne s'est pas suffisamment renseigné avant de rentrer dans la salle de cinéma, deux, c'est un Eastwood et celui-ci ne fait que rarement les choses que l'on attend de lui, trois, un film de douze heures n'aurait pas suffi pour évoquer l'emprise des serres de l'aigle Hoover sur les Etats-Unis et le monde pendant cinquante ans (!!!). Les boulets rouges qui pleuvent sur ce film depuis sa sortie démontrent un vif intérêt du public et ce petit malin de Clint (républicain hein, ne l'oublions pas, les héros sont parfois ET réacs ET géniaux...) arrive même à apitoyer les vieilles dames sur le sort de Hoover, un des enfoirés les plus titrés de tous les temps, ceinture noire au bas mot ! Di Caprio, débarassé, enfin !, de son visage ingénu pour devenir un gars normal (donc vieux et moche) est plutôt convaincant - vive le maquillage quand même - ainsi que les seconds rôles, l'émouvante Naomi Watts en tête. Certainement pas le meilleur film du plus grand réalisateur encore en vie mais un bon cru peaceful qui change un peu des comédies françaises pleines de bons sentiments écoeurants.

Toc toc toc ? Entrez, c'est Hoover !

 

© GED Ω - 10/02 2012

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac