Chroniques romans
02
Déc
2016

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine dans C Le Mag N° 145]

Découvrir une tête coupée sur le toit de sa bagnole en guise de gyrophare doit forcément faire son petit effet de bon matin. La police barcelonaise pense d’abord à une exaction des « maras », gangs ultraviolents inspirés de ceux d’Amérique centrale (voir à ce sujet le formidable documentaire La Vida loca). Mais l’inspecteur Cañas est lui persuadé que les discrètes triades chinoises sont derrière tout ça. Son informateur Liang tente une infiltration dans le monde dangereux de monsieur Soong, caïd présumé au sein de la communauté chinoise de Barcelone. Mais le jeune homme va vraiment trop loin, les meurtres barbares ne tardent pas à se multiplier autour de lui et les classiques bisbilles entre les différents services de polices locale ou nationale n’aideront pas Cañas, alors en pleine tourmente familiale, à diriger ses pas dans une enquête pour le moins périlleuse.

Andreu Martin a monté son roman comme un thriller de Quentin Tarantino, livrant les parties du récit dans le désordre pour mieux éclairer ensuite les personnages pas franchement jouasses de cette histoire fort noire, on y trouve aussi pas mal de renseignements au sujet des triades et des maras et l’auteur sait suffisamment bien jouer avec les tempos et les climats pour composer un polar racé et efficace qui ne pourra qu’intéresser les nombreux amateurs du genre qui ont déjà dû le lire chez la Série Noire (pour Prothèse ou Barcelona connection).

312 PAGES, 22 €
ISBN / 9782918767640

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac