Chroniques DVD
01
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : maman j'ai raflé l’bidon !

Scénar : la trioxine 245 est de retour, des bidons de ce neurotoxique sont trimbalés dans des camions puis crac, un finit fatalement par tomber à la flotte, aïe la tuile ! Plus tard, au cimetière du patelin, deux profanateurs de sépultures viennent cueillir des crânes tandis que plus loin des gamins jouent à se faire peur, ces derniers tombent sur le fameux bidon qui est ouvert accidentellement ou presque, et sur le territoire même des défunts en plus. Un des gamins (au petit air débrouillard à la Culkin) raconte les faits aux adultes mais n'est cru par personne : un grand classique. Y a plus qu'appeler l'armée qui déboulera pendant que les morts se lèvent. Mais que fait Masterman franchement ?

C’est le réalisateur du Commando des morts vivants, Ken Wiederhorn, qui donne une suite à l’excellent Le Retour des morts-vivants de Dan O'Bannon et s’il n’égale point son aîné, ce deuxième épisode reste dans l'axe de la comédie mais cette fois option gamins : il faut s’attendre à quelques gags débilos, une bonne dose d’humour potache et du gore de carnaval avec effets spéciaux à l'ancienne (paye tes masques en plastoc !). Les acteurs s’en donnent à cœur-joie (Jonathan TerryJames Karen et Thom Matthews sont de nouveau de la partie, certains se lanceront même dans un championnat de démarche de zombie ivre) et l'hilarant automate également !

Comme dans tout bon horror flick, on croise des soldats complètement à la masse, un hôpital bizarrement vide, une voiture qui ne démarre pas au mauvais moment et puisqu’on est dans les années 80, des tenues et des couleurs grotesques et évidemment, petit malin, de la musique moisie à souhait car ouais, il fait l’avouer, ça manque de punks tout ça, malgré une B. O. très rock’n’roll (voire même très hard) sur disque mais quasiment absente du film en lui-même. Heureusement, la musique d'ambiance genre Les Contes de la crypte sauve souvent les meubles.

On espère qu'ils se sont tous bien marrés à faire ce film rigolo mais sans grand intérêt en dehors de la tenue d’une soirée plateau télé bien arrosée, on vous livre pour finir la phrase du film : « oui ils sont morts, je sais ! Mais je vais les tuer ! ».

Bonus : bande-annonce

https://www.youtube.com/watch?v=yUHL2R0iLqU

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

verdun anarcho punk rock rouen eighties
jackie chan arts martiaux comédie dvd