Une petite contribution ?

Chroniques DVD
11
Avr
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : Monty Python

Scénar : c’est bien connu, les Monty Python sont sympas, ils ont donc décidé d’être d’utilité publique, c’est pourquoi ils proposent avec ce recueil très sérieux une sorte de guide pour sortir le quidam de situations dangereuses ou épineuses : ainsi apprend-on que rester bien caché est un gage de survie, que se méfier des dictionnaires étrangers (l’exemple hongrois est frappant) ou parer les coups des gens qui vous attaquent avec des bananes sont de bons réflexes, que pratiquer l’orgue à souris ne garantit un franc succès auprès du public, que la seconde guerre mondiale ne s’est pas tout à fait finie grâce à la bombe atomique, et tout un tas d’autres leçons attendent le téléspectateur innocent…

Anciennement titré Pataquesse (ugly, isn’t it ?), La Première folie des Monty Pythons est aussi la première tentative de diffusion en longue durée et à l’échelle mondiale (lire : américaine) de l’humour à la fois loufoque et cruel des Python via une sorte de compilation de leurs meilleurs sketches (d’abord commis à la télévision dans le mythique Monty Python's Flying Circus devant les caméras du même réalisateur) grâce auxquels on se marre bien sûr comme des baleines. Le tout forme un véritable cadavre exquis dont les séquences s'enchaînent les unes aux autres sans véritables cul ni tête, les virgules se présentant sous forme des séquences animées dingoïdes commises par Terry Gilliam.

Si l’on préfère largement ce que le groupe a fait à la télévision ou ultérieurement en long métrage, on a déjà ici un aperçu de que ces pionniers de l'humour moderne ont opposé à une époque aussi problématique que celle de la grisaille anglaise des années 1960-70 avec un certain art notable pour la destruction de plateau et de décors et un sacré don pour les déguisements ridicules, les mimiques et autres grimaces tordantes, mais aussi pour le montage des images, souvent plus barrées les unes que les autres. Le « début » d’une légende dont beaucoup se réclament encore aujourd’hui, un document historique et pédagogique pour tous les apprentis comiques youtubiphobes (et donc sains d’esprit).

Bonus : la bande-annonce et un livret contenant un glossaire désopilant.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

french sludge post metal cd
argento giallo bud spencer marielle film
disinter chicago death metal cd