Une petite contribution ?

Documentaire
23
Oct
2012

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Les « Wunderwaffen », objets de fantasmes des amateurs d'histoire militaire,

ne datent pas du tout de la fin inéluctable de la seconde guerre mondiale mais bien de son début et même de bien avant son déclenchement par l'Allemagne nazie. Les super-chars (dont les austro-hongrois sont les pionniers au début des années 10) aux super-artilleries terrestre ou navale, en passant par les avions de pointe, tous sont déjà opérationnels ou en fin de production à la fin de la première guerre mondiale. Le traité de Versailles, vécu comme une terrible humiliation, fut rapidement contourné, et des armes rapidement testées, notamment en Russie grâce à un accord secret entre les deux futurs ennemis. On décrit ici les chars, notamment les Tiger, les super-canons, les sous-marins, les avions, dont ceux à réaction très en avance sur leur temps, tout comme les nombreux projets de missiles ou de gaz neurotoxiques (sarin, tabun, ou le soman repris plus tard en URSS après la récupération des travaux allemands).

Au grand désespoir des techniciens militaires allemands, l'intrusion systématique de Hitler, mais aussi la concurrence entre les différentes armes et la SS, contrecarreront souvent des avancées technologiques certaines dont quelques-unes auraient peut-être pu changer le cours de la guerre comme par exemple le programme nucléaire qui n'a pas, loin de là, fini de susciter interrogations et spéculations, d’autant que les opérations Paperclip et Lusty eurent tôt fait d’exfiltrer savants et plans avant que publicité n'en soit faite, les Russes faisant de même de leur côté, bien entendu.

D'innombrables photos d'époque, de dessins et de diagrammes éclairent encore plus le propos d’un livre fort intéressant pour les amateurs d'histoire militaire à la fin duquel on peut trouver de plus un glossaire.

192 pages illustrées en couleur, 24 €
ISBN : 9782366770100

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac