Une petite contribution ?

Documentaire
01
Oct
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine dans Abus Dangereux Face 144]

Un père qui fuit ses responsabilités, une mère qui meurt après l'accouchement, on ne peut pas dire qu’Hayes débute bien dans la vie. Pourtant il n'aura pas à se plaindre de ses grands-parents qui l’élèvent dans une ferme du Tennessee. S’il y découvre aussi le blues, c’est à Memphis que le jeune homme connaît la galère mais quand il manque de basculer dans la délinquance, Isaac Hayes est « sauvé » par ses professeurs, c'est grâce à leur soutien qu'il opte pour le chant : il intègre diverses formations pro, participe à des sessions avec Otis Redding, écrit pour Sam & Dave ou Carla Thomas, la fille du grand Rufus.

Ses trois premiers albums solo font de lui un fer de lance de la Stax à la fin des années 60 mais le film Shaft et l'extraordinaire bande originale qu’il va composer pour lui se profilent déjà. Pour l'anecdote il reprend en 1970 The Look of Love à l'origine sur la bande originale de Casino royale (1967). Toujours au cinéma il débute en tant qu’acteur dans Les Durs - avec Lino ! - (au passage, il apparaîtra plus tard dans New York 1997, ou à la télé dans les populaires Agence tous risques, Rick Hunter, Deux flics à Miami ou Les Contes de la crypte) mais au milieu des années 70 la situation périclite et les affaires (divorces, contrats etc.) le laisse criblé de dettes. Il reste très populaire mais le creux de la vague est bien là.

Ce n'est que dans les années 90 que le retour en grâce s'effectuera à la faveur de surprises comme celle du carton de la série South Park dont il est une voix mythique, celle du cuisinier. Dommage que son appartenance tardive et fervente à la Scientologie jette une ombre sur la biographie d'un grand musicien malgré les dents de scie, et d'un militant infatigable de la cause noire par le biais d'innombrables actions philanthropiques.

256 pages, 14 €
ISBN : 9791027801169

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

jess franco cinéma bis blu-ray artus