Une petite contribution ?

Chroniques DVD
15
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : gangstern

Scénar : malgré la fin de la guerre de Sécession, le gang jadis affilié à l'armée confédérée des deux frères Frank et Jesse James (incluant aussi les trois frères Younger et les deux frères Miller…) chevauche toujours sur les routes du Missouri et n'a pas déposé les armes, préférant une vie de violence à la paix imposée par les Nordistes. Il dévalise des banques jusqu’à ce que la nervosité d'un des membres, Ed, déclenche une tuerie et la fureur de Jesse : la mort d'innocents n’était pas au programme et de plus il a été touché. Quand la fameuse agence Pinkerton, provoquant par l’assassinat de personnes affiliées au gang plus de colère encore chez les bandits, offre une belle récompense pour arrêter la bande, la tentation est grande pour beaucoup de les balancer… Les deux frères Ford demandent à faire équipe, du sang neuf, c’est forcément une bonne chose… Hein ?

Cher Walter Hill, quelle belle idée que d'avoir réuni pour cette adaptation d'une véritable légende américaine toutes ces authentiques fratries pour former le gang, en plus ce sont quasiment tous des acteurs presque légendaires que l'on a souvent plaisir à voir à l'écran (petit, la plupart du temps…) : pour les James Stacy et James Keach (également co-scénaristes du film), pour les Younger David, Keith et Robert Carradine, pour les Miller Dennis et Randy Quaid et pour les Ford Christopher et Nicholas Guest ! Et ajoutez à cette putain de brochette de tronches celles du vétéran Harry Carey Jr. (relativement pétillant presque quarante ans après ses débuts…dans le western, of course !) et Edward Bunker (oui, l’excellent écrivain de polars, ancien braqueur pour l’anecdote) ! De quoi s’assurer le visionnage d’un très chouette film plein d'action et de personnages parfois truculents

Et comme on aime la musique, on est naturellement bien content de pouvoir aussi entendre une jolie bande originale de traditionnels américains (nordistes ou sudistes c’est selon, banjo, violon et cuillère se taillant la part du lion chez Ry Cooder et son groupe), la couleur, qui tire parfois sur le bistre comme sur les vieilles photos d'antan (et les avis de recherche tiens !), est aussi très agréable, les professionnels patentés noteront aussi un bel usage des ralentis dans les scènes d'action. Au rayon des vieilles connaissances, on croise aussi Belle Starr, une de nos héroïnes préférées de l’Ouest, un territoire cinématographique death-y-dément un peu trop masculin à notre goût, Le Gang des frères James en étant d’ailleurs, vous l’aurez deviné à l’énoncé des acteurs principaux, un énième exemple ! M’enfin !

Bonus : bande-annonce originale

 

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac