Une petite contribution ?

Documentaire
29
Aoû
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine dans C Le Mag N°152 - writer’s cut]

« Pas de pureté aryenne ici, mais une Allemagne chimique - voire toxique » où, pour rappel, depuis 1805 on expérimente et commercialise l'opium, la cocaïne, l’héroïne, et notez bien que les dealers-leaders de l'époque sont toujours les mêmes de nos jours !!

Après le premier conflit mondial, comment fuir la vérité de la défaite de 1918 sans paradis artificiels, comment oublier cette sensation de trahison brandie en étendard par les revanchards ? La morphinomanie culmine, la décadence règne… Est-ce pour cela que l'élite nationale-socialiste, alors en pleine ascension, se montrera exemplaire ? Bien sûr que non, on a même envie d'ajouter : bien au contraire !

La pervitine (ou métamphétamine), « un national-socialisme en gélules », atteint une telle popularité qu’elle finit par apparaître dans les confiseries ! Alors que les nazis font d’un côté la chasse aux toxicomanes, allant parfois jusqu'à l’euthanasie pure et simple, le malin Theodor Morell devient presque par hasard le médecin personnel d’Hitler, bientôt indispensable puisque c’est plusieurs dizaines de « médicaments » que le Führer se voit prescrire, jusqu’à en faire un sacré junkie.

À l'image de son Führer (pour le moment) bien-aimé, l'Allemagne entière se dope, même si des voix commençent à s'élever contre les effets secondaires de la pervitine. Une commande massive est destinée à la Wehrmacht juste avant la fameuse Blitzkrieg qui trouve ici son nom adéquat. Sans minimiser la puissance militaire allemande, la guerre-éclair est droguée jusqu'aux yeux au point qu'Hitler lui-même en prend ombrage et la fait inexplicablement freiner à Dunkerque. Cette sotte jalousie sera doublée d'une erreur stratégique bénéfique pour les alliés. Et ce n’est que le début !

Cette passionnante étude, étayée par d'innombrables témoignages et sources documentaires, ne remet bien sûr pas en question l'essentiel des recherches antérieures mais éclaire d'un jour nouveau certains concepts d'invincibilité / incorruptibilité chers à nos fiers guerriers à chemises brunes ou noires. Autant dire un bouquin salutaire d’autant que ses constantes allusions à la culture populaire (rock'n'roll, cinéma, etc.) nous ont remis en mémoire l’excellent Waiting for the man - Histoire des drogues et de la pop music de Harry Shapiro.

255 pages avec quelques photos en noir et blanc, 21 €
ISBN : 9782707190727

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac