Une petite contribution ?

Chroniques romans
08
Sep
2022

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

roman peintre juif shoah héritage bouquin

« Je ne comprends pas ce qu’on attend de moi. Que peut-on me reprocher ? Comment puis-je être tenu pour responsable d’évènements qui se sont déroulés il y a soixante-quinze ans ? Je n'étais pas né. »

Arrêté en plein repas dans un restaurant de Jérusalem, le narrateur se retrouve en garde à vue avec la menace de se retrouver en prison en Israël à cause d'une aquarelle léguée par une aïeule. Une peinture qui vaut une fortune et qui tombe très bien après que la crise des gilet jaunes a fait couler l’entreprise de Stéphane. Qui tombe aussi mal d’un certain côté puisque son couple va voler en éclat par la même occasion : Irène aimerait qu’il vende cette œuvre qui lui appartient mais lui veut faire reconnaître ses grands-parents comme Justes parmi les nations puisqu’ils ont apparemment sauvé des juifs pendant la seconde guerre mondiale. Sauf que cette histoire familiale s’oppose à celle consignée dans les archives israéliennes : le tableau aurait été volé… Il va falloir tout reprendre par le début… C’est en décembre 1943 que débute le parcours d’un peintre juif et de sa femme, réfugiés en Provence et s'apprêtant à partir en Amérique via l’Espagne.

S’il n’est pas tout à fait kafkaïen, voilà un drame pas banal qui tombe sur la figure du protagoniste principal. On sait tous que les méandres de l'Histoire ne sont pas tristes. On ne se doute jamais qu’ils peuvent sortir des livres et enserrer des cous. Au départ, on a peut-être du mal à suivre la réflexion de ce bonhomme qui justifie le moindre de ses gestes au point d'en devenir agaçant, il devient intéressant quand il commence à creuser lui-même un projet qu'il paraît au début avoir bâti pour échapper aux autres, pour ne pas carrément dire fuir sa vie. Sa recherche de vérité, de lumière sur le passé d'une période extrêmement sombre, dont les derniers témoins tombent les uns après les autres ces dernières années, va se montrer tout à fait à l'image de ce qu’Uderzo et Goscinny avaient voulu représenter avec « la maison qui rend fou » des Douze Travaux d'Astérix : l'adminstration est une jungle ! Et le suspense de voir une issue au récit est captivant à la longue, on valide !

[Et on ADORE le fait que tous les maillons de la fabrication du livre soient mentionnés par La Manufacture de Livres, c'est juste beau !!]

320 pages, 20,90 €

ISBN : 9782358878852

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

motörhead hard rock heavy metal cd lemmy