Une petite contribution ?

Chroniques cinema
13
Jui
2016

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : Blizzard s'attaque au cinéma !


Scénar : Ok, les orcs se révèlent assez touchants…devant la naissance d'un enfant. Cela ne les empêche pourtant pas de déferler, au moyen d’un mystérieux portail magique, sur les frêles humains quand leur monde est à l’agonie. Sauf que le chef de clan Durotan, le père comblé, répugne à tuer les innocents sans armes, c’est quand même plus rigolo de fracasser des guerriers en armure. Et puis, pourquoi ne pas s’allier aux humains ? Dans cette horde aux grandes quenottes on trouve aussi une femelle au sang mêlé qui ressemble fort à une humaine, et manifeste même parfois…des sentiments ! Non mais ça va pas ou quoi ? Le peuple orc ne tolère pas la faiblesse et vit sous le joug du sorcier Guldan dont la magie noire ne laisse aucune place à la liberté de penser et, accessoirement, détruit petit à petit chaque monde dans lequel elle sévit… Il est temps pour le roi humain Wrynn de convoquer son Gardien, Medivh, et le guerrier Lothar, pour faire face à l’invasion…

Autant le dire tout de suite, on a trouvé le temps long devant cette adaptation à l’écran de la saga du jeu vidéo connu de tous, même si l’animation est (forcément) de qualité et l’album d’images au complet : se croisent ici en effet des orcs, des nains, des sorciers, des griffons, des loups géants, un golem et tout ça se rejoint sur le champ de bataille pour de grosses bastons bourrinasses qui s’avèrent tristement le seul argument positif du projet ? Car enfin en voilà un scénario archi classique, exagérément manichéen et qui alourdit à coup de cucul-gnagna un film déjà looong, cette manie de vouloir à tout prix dépasser les deux heures n’est pas vraiment une bonne idée, on voit ce que donnent les X-Men et consorts dans le même format (au pif X-Men : Apocalypse de Bryan Singer (avec James McAvoy, Michael Fassbender...) 2016).

La musique lourde et menaçante, façon néo péplum, et la présence au générique du doué blondinet Travis Fimmel de la série Vikings font bien plaisir au milieu d’un film bourré d’action, mais pas que, avec des influences marquées de Tolkien, Games of Thrones et la légendaire imagerie Games Workshop. Ah et cette orque hybride rappellera aux fans de BD une certaine Miss Hulk.

https://www.youtube.com/watch?v=InBV7RggnYQ

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac