Chroniques concerts
05
Nov
2014

Ne cherchez pas la démocrassie ici, y en a pô, c’est le patron, le non-serviteur, qui death-ide.

Donc si on a envie d’écrire un papier sur un concert organisé par la maison : bien sûr qu’on le fait. Et il y en aurait des choses à dire sur la désaffection des uns pour un catalogue de prétextes qui insultent l’intelligence ou titillent l’amitié, on se contentera pourtant de constater que beaucoup viennent d’ailleurs, parfois de loin, et que les locaux qui viennent ne sont pas les plus nombreux, un grand merci à la Ged-set de d’être déplacée en partie pour cette dernière célébration du Death-y-b’Hell, c’est désormais la retraite, si vous voulez voir des groupes, vous les ferez venir, vous verrez, c’est que du plaisir ! 

 

Après la daube-modèle qui ravira le staff et les membres du groupe (Merci à Cécile et Chris pour la bectance et Steph le Tranporteur), place à BEERCÜLT et son thrash bien moins bourrin qu’il n’y paraît bien qu’imbibé jusqu’à la moëlle, la Six-pack attack est même d’autant plus ravissante qu’un des guitaristes - fraîchement arrivé d’ailleurs - arbore une gratte customisée du meilleur aloi, ça c’est de l’investissement ou on ne s’y connait pas. Des morceaux taillés pour faire secouer les tronches, des refrains intellectuels (Drink JackPossessed by beerAlcoholic living dead...), tout est réuni pour satisfaire les besoins bestiaux de l’assemblée. Burp ! 

 

On en a un peu marre de voir les ZÖLDIERzz ouvrir pour tous les groupes qui passent alors que depuis des années l’étranger les acclame, et pas les plus petits fans de metal qui plus est. Donc possibilité leur est donnée de jouer un peu plus ce soir et force est de constater que la machine est death-y-dément increvable, le trio multipliant les morceaux imparables, on ne dira d’ailleurs jamais assez aux fans de deathrash punky de se jeter sur les deux albums (le premier, Schizoïd reject, commence d’ailleurs à être du genre introuvable et Regression process suivra la même voie si les hardos font pour une fois preuve de bon goût) car on n’est pas du genre à encenser pour des prunes ici à la ChurchZÖLDIER NOÏZ fracasse tout et on le dit depuis des années. A lire leur interview dans Dead Fucking Church M’Aaagh X (toujours dispo ici). 

 

On avait fait jouer AGGRESSIVE AGRICULTOR à Nébian en 2010 et depuis, on se promettait de refaire ça sur Montpellier où le groupe avait visiblement laissé des souvenirs au tout début des années 90. Après toutes ces années, le groupe est toujours au top à bord du Tracteur hanté, les classiques mais aussi les morceaux des dernières sorties défilent à la vitesse grand V dans un esprit fun bien cool, un vrai pet de méthane napalmoïde dans une scène à l’odeur de pharmacie. Et comme en plus derrière les personnages dignes d’Edika se cachent des gens géniaux, on est d’autant plus fier d’avoir permis cette représentation que les plus grands poètes néo-romantiques nous envient. On recommande chaudement le vinyle Consanguinité pour ceux qui ne l’ont pas encore ! 

 

Alors évidemment que l’on se serait bien passés d’un fumigène dans les chiottes, des sms mythomanes ou des excuses pathétiques, on a pour une fois l’envie de ne garder que le meilleur : trois concerts terrib’, un rassemblement de gaulois assez poilant et un pogo de mongolitos dont on reparle bientôt dans la suite des aventures de la Church avec CANNIBAL CORPSE *. D’ici là, saluons les Agricultörs qui ont permis à la soirée de ne pas couler ainsi que le staff de la Secret PlaceEstelle et Régis en tête, merci !

 

* voir  CANNIBAL CORPSE [Usa] + REVOCATION [Usa] + AEON [Swe] + BLOOD AGES [Fra] + HERESIC SYNOPSIS [Fra] à Toulouse, Bikini le 27/10/14

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

tessari delon conte film mafia
alice cooper hard shock rock cd
hardcore punk rock concert montpellier
van halen hard rock biographie livre