Chroniques concerts
25
Aoû
2016

Après le dépôt du barda,

rien ne pouvait empêcher une visite impromptue chez l’ami Val à La Jetée (12 Rue Meyrueis, Figue drôle reprézant !) constater que les travaux ont laissé place à un chouette endroit voué à devenir un incontournable. Ne pas hésiter à y commander des sérigraphies, spécialités du lieu qui confectionne aussi badges et bouquins. Mais bordel, il est déjà l’heure de calter vers la TAF, la Zazamobile vrombit déjà devant le pit à venir. Et ses passagers ne seront pas déçus ! Après un désert métallique qui commençait à devenir fort long pour les tox' les plus accros comme votre non-serviteur, cette affiche thrash marquera au fer rouge les esprits, t’as qu’à mater les vidéos pour avoir un aperçu.

Les autrichiens INSANITY ALERT sont déchaînés, mais pas autant que les moshers, c’est l'apocalypse totale devant - et sur - la scène. Le français du chanteur laisse à désirer mais l'esprit est irrésistible si tu aimes ton thrash speed et fun, voici exactement ce que l'on attendait en période de déprime totale : des gadgets débiles et un vrai cartoon général grâce à un groupe enfin à la hauteur de l'esprit farfelu du public, même ce massacre de Run to the hills (ruuuun to the piiiiit, mosh for your liiiiiife !!!) est même drôle à souhait. Ah, et ce (nouveau ? Australien ?) gratteux qui ressemble à Dan Lilker entretient le feu dans la tête ! Spitzenfuckingklasse !!

1000 degrés plus tard, punks and metalheads unite, IRON REAGAN vient administrer l’ultime fessée ! Avec un set absolument imparable, les américains auront fait suinter les murs de la Place comme rarement et Don’t tread on me des CRO-MAGS pour finir c’est l’ultraclasse atomique ! On a vu le concert thrash de l'année, pas besoin de se dire qu’il reste plein de mois avant 2017, on ne fera pas mieux, c'est certain. Des litres de flotte s'échappent ensuite des T-shirts essorés dans la cour, adieu béton, metallic corrosion à venir, sans parler d'une bonne nuit annoncée par des tronches pulvérisées des musiciens mais aussi de leurs ouailles après un tel barouf général. Total fucking destruction et micro-jouissance, oh oui, encore.

Spéciale Ged-y-casse à l'indispensable Zaza (merci pour tout !!)

Secret Place



Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

swamp terror death metal france cd