Une petite contribution ?

Chroniques CD
01
Oct
2010

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Putain ne suffit-il aujourd'hui que d'une crête (camouflable en semaine bien sûr),

d'une paire de paras, d'un jeans troué et d'un dossard EXPLOITED acheté sur Ebay pour se déclarer punk as fuck ?! Allez tous vous faire foutre, si possible avec un recueil de Lester Bangs 1 en fouille, ça peut aider.

Depuis 2002 les vieux briscards de GBH n'avaient rien sorti à part les habituelles compilations et autres pirates. Possesseurs comme leurs compatriotes de MOTÖRHEAD de la recette équilibrée d'un cocktail détonnant à base de punk et de metal, GBH prouve avec, hormis le parfum et la pisse, une putain d'énergie communicative ce qu'est que de se secouer, envoyer de bons morceaux et les gratifier d'excellents textes qui mêlent rage et ironie fielleuse.

Alors si ça et là on trouvera deux-trois petites fautes de goût (le sautillant Polytoxic et ses influences new-school passables malgré un chouette texte ou les horribles premières notes de Going sideways par exemple), on ne remerciera jamais assez les GBH d'avoir rompu un silence discographique devenu pesant, merci les gars pour un album absolument imparable et qui pousserait presque les apprentis GREEN DAY à la préretraite, à cinquante balais, les anglais enterrent tout le monde, tenez-vous le pour dit !

Le sommet : le poignant et conclusif Time flies qui rappelle la course folle d'une moto sous l'averse, introduite par des senteurs flamenco du meilleur aloi.

1 voir par exemple Fêtes sanglantes et mauvais goût de Lester Bangs (Tristram - 2005) ou Psychotic reactions et autres carburateurs flingués de Lester Bangs (Tristram - 2006).

P. S. : on a fait plusieurs articles sur l'album, voir GBH [Uk] Perfume and piss (Hellcat Recs) 2010 et GBH [Uk] Perfume and piss (Hellcat Recs) 2010.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

scorpions hard rock allemagne cd