Une petite contribution ?

Chroniques Blu-Ray
20
Sep
2022

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

fantôme fantastique horreur film blu-ray

Genre : horreur post-ado

Scénar : Jim Duncan, Ginger Matheson and Kyle « Dixie » Canning, trois jeunes potes inséparables, vont à la fête foraine où ils jouent à se faire peur. Pour rester dans le même délire, lorsqu’ils lisent une annonce de la vente d’un fantôme soi-disant authentique, ils se débrouillent pour gagner les enchères et reçoivent une mystérieuse boîte qui contient un médaillon avec la photo d'une jeune fille. Au début, le présumé « fantôme » semble exaucer les vœux des trois mais la blague tourne au drame quand leurs chambres sont mises à sac par « quelqu'un » et qu’ils retrouvent des mots gravés sur les murs dans une langue qu’ils ne connaissant pas… Les morts qui s’ensuivent soudain ne semblent pas inquiéter Jim alors que « Dixie » plus effrayé l'incite à se débarrasser de son acquisition. « Et si jamais c'était la boîte » se demande Ginger ?

C’est certain et sans être méchant, Carlos Ramos Jr. ne gagnera pas un oscar avec son premier film, un direct-to-video obligatoire. Dans une ambiance digne d'Halloween, les jeunes étudiants habituels font face à une malédiction, celtes cette fois, qui fait mourir tous les gens qui menaceraient ce qu’elle protège. Comme on a une fois de plus à faire à des gens qui ne se confient pas les uns aux autres (et après ils se demandent pourquoi ils ne se comprennent pas…), certains tombent dans des panneaux énormes et c’est un peu la loi de ce genre de films. Une certaine platitude dans le jeu des acteurs qui ne sont pas du tout les meilleurs de leur catégorie (un peu comme dans certaines séries télé américaines dont on se passerait bien) et le déroulement planplan donne de Kill Katie Malone l’impression de singer un pilote de série qui ne naîtra jamais.

Les fans du genre seront peut-être tentés par quelque chose qu’il nous semble avoir déjà vue vingt fois, on a quand même rigolé à un moment quand on s’est aperçu que la pauvre Ginger avait la façon de courir la plus ridicule du monde, c’est toujours ça de pris. Pour le reste, on vous le laisse, pas vraiment parce que c’est trop mal fait, mais surtout parce que cela semble plus clair de jour en jour, on est « trop vieux pour ces conneries ! »

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

peplum égypte antiquité victor mature
autopsy american doom death metal cd
maurice dantec science fiction livre