Chroniques DVD
15
Jan
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre: thriller à l'ancienne

Scénar: des hommes mystérieux à ses trousses, Charlie se rend chez la famille de Charlotte, sa nièce adorée. Mais il ne tarde à se comporter étrangement, suffisamment en tout cas pour éveiller chez Charlotte...l'ombre d'un doute...

La musique tonique de Dimitri Tiomkin entre joyeux et inquiétant rappelle instantanément l'image sucré-salé du cinéma d'Hitchcock : de l'humour et de l'angoisse délicieusement entremêlés. D'ailleurs le réalisateur parlera souvent de l'Ombre d'un doute comme son film préféré de sa carrière. Il rassemble en effet d'importants ingrédients hitchcockiens comme le trouble qui naît de l'ambiguité d'une situation qui évoque quasiment l'inceste. 

Les personnages peuvent être crispants à l'image des marmots je-sais-tout qui caquettent en permanence mais aussi le père et le voisin, amateurs de polars à la Christie qui réfléchissent constamment aux différentes manières d'exécuter le crime parfait... De quoi brouiller les pistes, énerver les sens... Le fil rouge est le jeu du chat et de la souris version torture mentale et se voit étrangement secoué par une transition pour le moins abrupte. Le jeu du vénéneux Joseph Cotten se voit décortiqué par le sens du détail de maître Hitchcock qui multiplie les pointes de suspense et instaure une tension très forte qui va crescendo avec un certain sadisme, on pense notamment au "ainsi va la vie" des séquences de valse, réjouissantes et pleines de sel. Les yeux sublimes de Theresa Wright sont un des rares soleils dans un ciel définitivement brouillé. 

Le film en lui-même est à peine daté malgré son âge vénérable : le noir et blanc superbe et profond, l'humour claque comme une bonne beigne sarcastique voire cynique aux cibles habituelles du cinéaste : la famille ou encore l'administration, etc. Il est représentatif de la patte Hitchcock et contient tout le catalogue de ses effets habituels, la quintessence d'un art unique. Un chouette film méconnu qui devrait trôner parmi les grands classiques...    

Film précédent d'Hitchcock 

Cinquième colonne de Alfred Hitchcock (avec Robert Cummings, Priscilla Lane...) 1942

 

© GED Ω - 16/07 2012

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

clint eatswood comédie western nonne siegel film
hannibal lecter musique bande originale cd
morbid angel death metal usa cd
marquis sade jess franco film blu-ray