Une petite contribution ?

Chroniques DVD
03
Jan
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : première suite avant des dizaines d’autres


Scénar : deux flics pas très malins (on dirait ceux de la pochette du EP de PARABELLUM, On est gouverné par des imbéciles, voire Laurel et Hardy) tombent sur le professeur Van Helsing et Dracula. Le premier vient de tuer le second et est donc arrêté par une police incrédule devant ses explications, si pieuses qu’elles soient. Son ancien élève, le psychologue Jeffrey Garth lui servira d'avocat bon gré mal gré, il est contraint d'abandonner ces stupides projets de chasse à la bécasse et rentre à Londres. Pendant ce temps, une femme demande à voir le cadavre de Dracula et disparaît avec pour le brûler selon rituel. Comment « Mais qui est-elle ? », mais sa fille bien sûr ! C’est écrit dessus non ? Agissant sous le nom de la Comtesse Zaleska, elle croit la malédiction de sa famille levée mais continue à devoir perforer les cous… Zaleska est-elle manipulée de l'au-delà par l'esprit de son géniteur dentu ? Le psychologue peut-il y remédier ? Qui vivra verra !

Cinq ans après le premier mythique Dracula (voir Dracula de Tod Browning (Avec Bela Lugosi, Helen Chandler...) 1931) qui figurait déjà Edward Van Sloan (il sera aussi à l’affiche de Frankenstein et de La Momie), Lambert Hillyer livre un second volet avec une poignée de bons acteurs comme Otto Kruger (Cinquième colonne, Le Train sifflera trois fois…), Gloria Holden, Marguerite Churchill (Le Mort qui marche…) ou Irving Pichel (entre autres co-réalisateur de La Chasse du comte Zaroff) qui campe un Sandor pour le moins inquiétant.

Pas d'horreur visuelle ici, pas de sang, tout est suggéré, mais un poil de romance ici et là pour faire bien, et surtout un côté comique non dissimulé, en particulier quand il s’agit de se moquer des flics ou d’apprécier la relation survoltée qui lie Garth et son assistante fantasque. Pour tout de même coller à l’atmosphère, on a droit à quelques jolies scènes brumeuses, de beaux jeux d'ombre à l’expressionniste et, pour le folklore, des images costumées de Transylvanie à l’ancienne. Un petit film pépère avant d’innombrables resucées (…!) plus ou moins reluisantes (tiens, t'as deux minutes ? Agad' donc Dracula contre Frankenstein de Tulio Demicheli (avec Paul Naschy, Michael Rennie...) 1970 ou Dracula Untold de Gary Shore (avec Luke Evans, Sarah Gadon...) 2014).

https://www.youtube.com/watch?v=5Ro8EzN7yqI

 

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac