Chroniques BD
18
Sep
2018

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

cha dodo bd syrie irak bd daesh

Comment ne pas se marrer dès le premier dessin sur la page de titre avec ce trou du cul barbu

(la suite fera évoluer ce personnage) qui trouve belle une femme entièrement voilée, elle-même pensant dans une bulle « comme il est vilain ! », ce doit bien être le seul avantage, en dehors des cas de peaux réfractaires au soleil comme la nôtre peut-être, que de ne pas devoir se montrer à ce genre de personnage dont la pureté spirituelle n'est jamais très tangible, voire même ostensiblement une supercherie comme tout le reste.

Ceci étant dit, reprenons : Gina, membre de l'équipe de Solidarité Sans Frontières reçoit un coup de fil qui lui fait envoyer balader une mission, et pour cause : sa filleule Pauline, disparue depuis un mois, refait surface pour annoncer à ses parents par téléphone sa présence en Syrakie. Personne ne semble avoir vu venir la radicalisation subite d'une fille qui a soigneusement tout caché à son entourage pour rejoindre le Grand Khalifat. Enfin presque, puisque Gina découvre qu'une de ses copines était au courant et glane quelques informations qui lui permettent d'entrer en contact avec des recruteurs, organiser son départ en direction d’intégristes pas si regardants que ça sur le bonheur terrestre, contrairement à ce que leur discours pompeux ponctué de citations ou d'appellations pourrait faire croire au glandu lambda. La tata Alice de Gina, chaussée de paras et fumeuse comme un pompier ou deux, est furax d'apprendre le projet de Gina mais rien n’arrêtera la jeune femme. Une fois sur place, celle-ci apprend que sa nièce a été enfermée après une tentative d'évasion du « paradis terrestre ». Dans le même temps, la tata destroy ne trouve rien de mieux que de se faire passer pour un homme et prend le même chemin que sa nièce…

Il y a des gens avec qui on accroche direct, surtout s’il y a quelque chose de franc et gentil à l'intérieur et même quand le discours de sous-texte se veut piquant et logique. Les personnages de Cha nous ont toujours fait craquer que cela soit dans My Way ou Speedball, et on avait d'ailleurs un peu perdu sa traces depui puisque nous sommes tous noyés dans un torrent d'informations continuel, c'est donc un véritable plaisir de retrouver son trait et ses grands yeux ronds sur un scénario qui tient la route qui est documenté sans être chiant, réaliste par le biais de personnages aux formes humaines et aux possibilités idoines : pas de bombe sexuelle aux gros nénés, pas de Musclor sans cervelle mais une énorme dose d'humour constant. Voilà qui fait de ce récit un très bon moment de lecture, particulièrement quand on est comme Nawakulture allergique à tout groupe de pensée organisée.

Et là, avec les intégristes barbus, on tient le top du top en matière de gens à inviter à se faire exploser tout seuls dans le désert comme des grands pour retrouver le vide intersidéral duquel ils viennent, et qu'ils n'ont d'ailleurs jamais quitté.

48 pages illustrées en couleurs, 13,95 €
ISBN : 9782203120846

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

melville vercors drame guerre film
van halen hard rock fm cd
folk rock occitan français cd
blues rock grunge metal durable
documentaire viande nouvelle zélande white dvd
archenterum avignon french death metal