Expositions / Salons
18
Sep
2021

art textileQuand les ayatollahs disent que l’on mange à tous les râteliers, on préfère dire que l’on s'intéresse à tout et que l’on refuse de mourir idiot.

Prenez-en de la graine, sortez, apprenez, partagez, diffusez ! L’art et la culture ne doivent pas devenir un sujet de conversation entre spécialistes ou l’objet de débats politico-décérébrés, l’art et la culture doivent vivre avec dans les veines la transfusion constante de la passion des visiteurs, de leur besoin de voir toujours plus ce que l’avenir nous promet de nous empêcher d'aller voir à la source. L’Afrique, le Mali, s’invitent à Montpellier, on économise un avion dévastateur, un tram suffit après la petit voiture rangée au parkainje.

Et même si on n’est pas le plus grand spécialiste de l’art textile, on peut vous dire qu'il y a ici avec Lune bleue (qui contrebalance fort bien avec un ciel fort gris de pré-automne), une très belle exposition qui se distingue par des couleurs éclatantes typiquement africaines (« réalisé par une communauté de femmes teinturières du Mali ») tandis que le tissu peint est disposé (« les petits métiers », tailleurs des cités africaines, entrent en jeu à ce stade) tout en strictes symétries de lamelles, franges et autres gouttes (celle du sang des innocents, innombrables âmes sacrifiées sur l'autel de la guerre aveugle et de la course à la richesse d’une minorité), les motifs primitifs dominent sur d’imposants travaux de couture sûrement fastidieux, d’autant que le format peut atteindre plus de cinq mètres, imaginez la confection !

On ne peut pas dire avec certitude (ne parlons même pas d’espoir) si l’ère nouvelle annoncée par la Lune d'Abdoulaye Konaté aura bien lieu, elle nous aura au moins permis de passer un bon moment dépaysant et on est bien content de la réouverture de l'Espace Dominique Bagouet, un lieu que l’on aime beaucoup aller visiter, les expositions y sont gratuites qui plus est, et toujours surprenantes, un passage obligé quand on se dirige vers le Pavillon Populaire et ses expositions photographiques dont vous entendrez parler dans trois, deux, un, clic...

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

joe sacco bd journalisme guerre yougoslavie