Chroniques CD
21
Mar
2018

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Alors qu’on a réussi à louper The Ian Ottaway Project (2015, sur le même label),

voici atterrir dans la boîte aux lettres le sixième album de Manu Castillo qui s’apparenterait presque à une compilation puisqu’il rassemble des morceaux tirés de quasiment tous ses disques précédents dont on a déjà parlé : Rosita et Hacia Frisco (issus de ¡ Asi es la vida !, 2004), SPS et La Vuelta (3 cosas, 2008), Wicked bouquet, AK 47 Blues, Roque Dalton, Stones in my passway (adaptation de Robert Johnson), Spanish blues et Mister Rev. Gary Blues (4 stones, 2013) ainsi en cerise sur le gâteau qu'une reprise du Thirteen que Glenn Danzig avait écrit pour Johnny Cash (sur l’album American Recordings).

Sauf que tous les morceaux ont été retravaillés en duo, dobro et harmonica inclus, façon blues rock organique à souhait, on pourrait même dire revisités tant ils offrent maintenant une autre image que l’originale. Et on prend une fois de plus son pied à l’écoute d’un album qui alterne climats et humeurs sans perdre ce fil rouge du voyage présent sur tous les albums de Manu, si on devait conseiller un disque d’introduction à l’histoire de TIO MANUEL, on choisirait celui-ci sans hésitation même s’il est paradoxalement peut-être le moins aventureux et « conforme » aux traditions maison.    

http://tiomanuel.com/

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.