Une petite contribution ?

Chroniques concerts
17
Nov
2017

HELLOWEEN !

On a toujours eu un problème avec ce groupe. Adorateur de la Citrouille depuis 1992 ou 93 grâce à un fort opportun marché aux puces allemand où vidaient leurs étagères à vinyles les traîtres qui font aujourd’hui la loi sur le net derrière des pseudo-carrières de hardos qu’ils n’ont reprises qu’il y a cinq ans pour jouer les ayatollah de pacotille devant les yeux ébahis de moutons qui auraient pu écouter n’importe quoi d’autre, il semblait que nous ne les verrions jamais, comme SODOM ou GRAVE DIGGER, autres exemples d’idolâtrie pleine d’embûches.

 

Pour preuve ce concert d’IRON MAIDEN à Montpellier en 1998 où, fumant comme des pompiers en buvant moult canettes, nous étions ravis d’entendre HELLOWEEN choisis par le DJ pour mettre de l’ambiance, avant de s’apercevoir bien tard que c’était le vrai groupe qui jouait…

Nous nous vengeâmes ensuite à Barcelone bien plus tard 1, frisant l’apoplexie puisque GAMMA RAY ouvrant, nous eumes droit à un bœuf mémorable, jouissif, de vieux morceaux joués comme des sauvages.

 

Quand nous apprîmes ensuite la nouvelle de cette tournée réunissant quasiment tous les membres (pensées au malheureux Ingo) qui permettrait enfin au groupe de rentrer plein de pogn…euh plein de plaisir, nous partîmes, trois chevaliers de l’Apocalypse languedociens on zeu road, voir ça de plus près. Un tour de Salagou plus tard (c'est un concept), nous voici sur l'autoroute. Et bien nous en a pris.

Non seulement nous fut épargnée une première partie inutile mais surtout la setlist fit - forcément - la part belle à la période Hansen / Kiske qui reste carrément la meilleure, même si bien sûr une cassette démo inédite de 1785 contient sûrement le meilleur du groupe pour les brocanteurs de service. Alors certes, comme dernièrement chez SCORPIONS, tout le monde a l’air de s’adorer sur scène (pour combien de temps ?) mais on se plait d’y croire, on hurle à pleins poumons et on secoue le bocal (et ça va parfois très vite) comme un bourrin avant de rentrer boire un coup, perdre son tshirt au bar, puis revenir y boire pour le retrouver, etc. L'aventure, c'est l'aventure.   

Spéciale Ged-y-casse et merci à Steph’ « Eddie » et Sèb’, l’Huiloween Tour valait son pesant de cahouètes ! La prochaine quand vous voulez !

1 voir HELLOWEEN [Ger] + GAMMA RAY [Ger] + SHADOWSIDE [Bra] à Barcelone, Razzmatazz le 28/02/13.

P. S. : sinon, on peut jeter un œil à HELLOWEEN [Ger] Helloween 12’’ (Noise Recs) 1985, HELLOWEEN [Ger] Helloween 12’’ (Noise Recs / Banzaï Recs) 1985, HELLOWEEN [Ger] The best - The rest - The rare (Noise International) 1991, HELLOWEEN [Ger] Master of the rings (Raw Power / Castle Communications) 1994, HELLOWEEN [Ger] The Time of the Oath (Sanctuary Recs) 1996 Réédition 2001 et HELLOWEEN [Ger] Straight out of Hell (The End Recs / Sony) 2013.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

western spaghetti eurowestern artus