Une petite contribution ?

Chroniques CD
26
Sep
2021

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Entrée solennelle en matière, Senjutsu, dix-septième album d’IRON MAIDEN est arrivé.

Choisi sous sa forme A5 adoptée depuis The Book Of Souls, ce nouveau recueil, double lui aussi, ne décevra que les crétins qui n’y connaissent rien. Car sous cette pochette menaçante se trouve encore un superbe travail, introduit par des clips assez incroyables (voir ci-dessous) qui surent mettre l’eau à la bouche des fans tout en aiguisant la curiosité des néophytes. Il est vrai que MAIDEN n’a pas toujours été très inspiré par la vidéo (voir pour s’en rendre compte les clips des années 80 sur The First Ten Years - The Videos, Visions Of The Beast ou The History of IRON MAIDEN Part 1: The Early days)

Comme les britanniques nous en donné l’habitude depuis une vingtaine d’années, une majorité de titres longs et épiques se partagent les deux disques, ils sont à la fois différents, fidèles à la tradition heavy mélodique, comme toujours parlants pour qui a l’imagination et pas la flemme de lire les paroles systématiquement bien senties, Dickinson a une voix incroyable, peut-être encore plus qu’avant, comme si quelque chose de plus émouvant s’était glissé au plus profond de son essence, Steve Harris ne lâche pas la barre du plus beau navire metal de l’univers qui possède aussi les gratteux intouchables dont tout le monde rêve et ce batteur en l’honneur de qui il faudrait bâtir un immense temple pour si bien coller à ZE basse. Détailler serait absolument inutile, les figures de style superflues, on est tellement en phase avec le nouveau répertoire du groupe qu’on ne pourrait qu’être fayot. Oui, jusque là on était modéré, imagine ! Fais-toi péter la triplette Senjutsu / Stratego / The Writing On The Wall, on en reparle juste après. Si on a le temps.

Le boulot d’illustration du digibook (pochette par Mark Wilkinson au passage, remember MARILLION !!) est juste magnifique et pour dix-sept balles c’est franchement génial de posséder un truc pareil. On se passera du vinyle vendu une fois de plus par les crèmeries les plus douteuses à des prix prohibitifs.

UP THE IRONS FOREVER !!!

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

joe sacco bd journalisme guerre yougoslavie