Une petite contribution ?

Chroniques cinema
19
Sep
2013

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : tragicomédie en zone noire

 

Scénar : Laurent le dit lui-même, il a visiblement « un vrai don pour se foutre dans la merde » : dans la même journée sa maison tombe en ruines suite à l'emploi des services de Fedor, un ouvrier véreux qui a pourtant, à ce qu'il dit, participé au sarcophage de Tchernobyl et son couple, déjà explosif, vole en éclats quand Laurent abandonne son fils sur le trottoir pour courir après le type qui vient de lui chourave son aïe-phone. Attention, la multiplication des catas énormes ne fait que débuter, entre l'incessante sonnerie de téléphone et un bal des casse-pieds intensif, Laurent, pourtant un indécrottable positif, va même se retrouver à deux pas du précipice, le vrai. 

C'est marrant comme il faut toujours que certains voguent à contre-courant : alors que ce film semble se faire un poil éreinter par la critique, évidemment ici on trouve SMS plutôt réussi si l'on veut bien accepter que la crédibilité n'a rien à faire ici et que l'on a la bonne idée de ne surtout pas se fier à l'étiquette simpliste de « comédie ».

Car si l'horreur totale de la situation rappelle au début La Maison du bonheur avec l'insupportable Dany Boon, on glisse rapidement vers une évocation, certes légère, de la société, voire même une critique pleine de dérision où certains concepts en prennent pour leur grade (famille, fidélité, justice...). La vision du monde de la téléphonie établit également des liens avec Zone blanche de Jean-C. Denis et Côté cour de Leandro Avalos Blacha..

On note des acteurs doués et agréables en général, une bande originale douce et sympa et aussi que même un hétéro pourrait tomber amoureux de Stéphane. Ah et sinon, au fait, miracle absolu, on peut supporter Frank Dubosc dans ce film, on ne s'étonne donc même plus de l'énorme orage qui nous tomba sur le bocal pendant et après, et fit même tressauter le film de manière très impolie. Non mais !

 

© GED Ω - 19/09 2014  

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac