Une petite contribution ?

Chroniques DVD
15
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : organismes atomiquement modifiés

Scénar : après une fuite de gaz radioactif, un avion transport de troupes Lockheed inconnu apparaît sur les radars et atterrit mais semble vide, les journalistes se précipitent évidemment sur l'affaire mais quand la porte s'ouvre, des gens, difformes, comme brûlés, se jettent sur le comité d’accueil et massacrent un max des présents, boivent leur sang… Le journaliste Dean Miller parvient à filer en ville d’où il tente de faire une annonce à la télévision mais celle-ci est coupée par sa hiérarchie et un général d'armée. Il a juste le temps de démissionner que le plateau est décimé en direct. Il réussit à s'enfuir alors que les militaires découvrent que bousiller leur crâne peut tuer ces créatures quasi-indestructibles. Alors que la présidence décide de ne pas informer la population, les flingues suffiront-ils à juguler l’invasion / contamination ? Ce n'est que le début du carnage, bien sûr…

On adore Lenzi 1, même pour ce travail de commande qui, après Zombie et avec L’Enfer des zombies 2 et tous ses copains, vient s’ajouter à la longue liste des films de morts vivants. Pourtant celui-ci se distingue par une espèce de zombies tout pourris rapides et enragés qui préfigurent 28 jours plus tard et rappellent même le méconnu The Crazies 3 tant la rage dont semblent emparés les cadavres ambulants est palpable. Ils sont aussi malins puisqu'ils savent saboter l'électricité et compagnie, et plus dangereux que d’habitude à cause d’une contamination par simple toucher, d’où un climat angoissant bien mené malgré un sujet vu et revu depuis 1968 4.

Une majorité de petits acteurs (même si on note la participation de l’acteur mexicain Hugo Stiglitz et de Mel Ferrer, quel CV bis death-y-dément !!) se démènent dans ce film pas fute-fute (et même un peu macho : quand la femme panique, l'homme reste évidemment maître de lui, garant de sa sécurité, du pur cliché) mais rigolo avec des maquillages pas forcément géniaux, la petite dose de gore et même un soupçon d'érotisme pour pimenter le truc, une chouette musique d'intro de Stelvio Cipriani, un usage du ralenti parfois bien vu et un twist final sympa. Mention spéciale au curé zombie qui a trop la classe, aux jolies images d'avions de chasse et à la fusillade dans la fête foraine (idée qui sera souvent reprise).

1 on a parlé souvent de ce réalisateur italien, clique sur https://www.nawakulture.fr/index.php/rechercher?searchword=umberto%20lenzi&searchphrase=exact.

2 voir Zombie de George A. Romero (Avec David Emge, Ken Foree...) 1978 et L'Enfer des zombies de Lucio Fulci (avec Tisa Farrow, Ian McCulloch...) 1979.

3 voir The Crazies (La Nuit des fous vivants) / Season of the witch de George A. Romero 1973-1972 .

4 voir au moins La Nuit des morts vivants de George A. Romero (Avec Duane Jones, Judith O'Dea...) 1968.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac