Chroniques DVD
06
Jan
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : western légendaire

Scénar : Josiah Boone, toubib alcoolo exilé par une ligue de vertu et Dallas, une prostituée dans le même cas, Peacock, un représentant en whisky, Lucy Mallory, une femme portant à la rencontre de son mari officier, Hatfield, un joueur et tireur émérite sudiste, Gatewood, un banquier avec un énorme magot sous le coude et Ringo, un bandit en cavale, sont dans une diligence qui file vers le terrain de chasse de Geronimo. Mais quand l'escorte de soldats décampe soudain, les occupants de la diligence décident, pour diverses raisons, de continuer leur route malgré le grand danger qui pèse sur leur vie… Non mais que fait la cavalerie ?

Le western qui fit exploser d’un coup et John Wayne et John Ford qui œuvraient tous deux respectivement depuis environ dix et vingt ans dans l’indifférence quasi-générale, et qui a la particularité d’être inspiré de la nouvelle Boule de suif de Guy de Maupassant, cherchez bien, vous n’en trouverez pas beaucoup dans le monde trépidant du western, américain qui plus est. La Chevauchée fantastique est un très grand western qui n'a pas tant vieilli que ça par rapport à des films moins vieux et présente une très belle galerie de personnages parfois touchants, souvent drôles, de notables et de parias confrontés au danger qui se rapproche avec le temps qui passe.

Un vrai classique avec de belles cascades hippiques dans les superbes décors désormais classiques de Monument Valley et une partie de huis clos prenante, le froid, le sable, la peur et plusieurs histoires tressées en une sont aussi pour quelque chose dans la réussite de ce projet, le premier qui unit les deux John (voire trois avec l’excellent mister Carradine) avant d’autres classiques comme Le Massacre de Fort Apache (1948), La Charge héroïque (1949) Rio Grande (1950), La Prisonnière du désert (1956), L'Homme qui tua Liberty Valance (1962) ou La Conquête de l'Ouest (1962). En attendant, celui-ci raflera deux Oscars, un bon début non ?

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

animus mortis chili black metal cd
heavy metal mélodique angra brésil cd
watain death black metal suède vinyle