Une petite contribution ?

Chroniques DVD
08
Mai
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : action / comédie

Scénar : une bagnole traîne un gros nuage de fumée vers une église dont le - faux - révérend, Thunderbolt, est la cible des flingues des nouveaux arrivants. Celui-ci s’enfuit et tombe inopinément sur le jeune Lightfoot qui vient de piquer un bolide, heureuse apparition. Thunderbolt réfléchit que s’il ne cherche absolument pas de nouvel ami, Lightfoot, un peu seul au monde comme son aîné, peut lui être utile dans ses projets. Mais deux bandits, Red Leary et Eddie Goody, vieilles connaissances de Thunderbolt, prennent en chasse les deux hommes qui décident de filer vers le sud. En fait, 500 000 $ ont disparu lors d’une affaire précédente, c’est pourquoi Red court après Thunderbolt. Finalement, malgré les griefs des uns et des autres, les quatre se liguent pour commettre un nouveau braquage.

Premier film de Michael Cimino, Le Canardeur contient beaucoup de scènes d'action, en particulier celles pimentées par d’audacieuses cascades en caisses mais aussi beaucoup d'humour, surtout au travers de personnages (et pas seulement les principaux - dont Geoff Lewis et George Kennedy, excellents car fidèles à eux-mêmes et renfrognés à leur habitude ou un jeune Jeff Bridges toujours prompt à balancer proverbes et formules idiotes -, cet as de la route et son coffre plein de lapins blancs est par exemple fabuleux) et d’accessoires souvent loufoques (ces triporteurs à glaces donnent lieu à quelques scènes cultes).

Le Canardeur préfigure parfois en cela le diptyque comique / baston autour du personnage de Phil Beddoe (Doux, dur et dingue en 1978 / Ça va cogner en 1980) avec cette musique de Rednecks rappelant aux gens de goût déviant celle de la série télévisée Shérif fais-moi peur ! (qui sortira plus tard et figurera aussi, hasard ?, la jolie Catherine Bach) comme les voitures qui finissent souvent en miettes. Ce côté comédie fait plutôt fi de la vraisemblance (on a par exemple du mal à saisir comment l’équipe se procure le matériel ou comment Bridges, grimé en femme et soudain bien moins séduisant, essaie d’être crédible une seconde) mais bon, le scénario importe peu quand on a de l'action. Notons tout de même que certains personnages sont des ex-soldats revenus de Corée et que le réalisateur reparlera bientôt de vétérans, cette fois rescapés du conflit vietnamien, avec beaucoup moins d'humour dans son film suivant, Voyage au bout de l'enfer.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

morsüre french speed thrash metal CD