Une petite contribution ?

Chroniques DVD
16
Sep
2020

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : reptiles dans sacs à vomi

Scénar : Sean fait le beau avec sa motocross mais il est tout de même au passage témoin du meurtre d'un procureur à Hawaï par un parrain de la mafia chinoise. Kim, le fameux meurtrier, le retrouve mais l’agent Flynn du FBI est là pour avoir un œil sur cette précieuse avancée dans le dossier. Dans l’avion qui les emmène de Honolulu à Los Angeles, le truand a fait placer dans les soutes une quantité non négligeable de serpents venimeux chargés aux phéromones, moyen original pour assassiner des gens et pour souhaiter un bon voyage à son nouvel ami et à son garde du corps, voilà qui promet un vol tranquille ! Comment ça capitaine « si la tempête s’y met aussi… » !?

Faut reconnaître qu’il y a des jours où, oncle Fernand dirait « on ne devrait jamais quitter Montauban », on devrait rester chez soi, tranquille, et attendre plutôt que de grimper dans un aéroplane rempli de tout ce qui fait que la vie pourrait mieux se passer dans l’au-delà : un pilote visiblement sexopathe, un personnel de vol tentant la démo sauvetage humoristique (et la rendant donc reloue), des voisins tous plus chiants les uns que les autres (bimbo avec chien, jeune mère avec bébé, un apprenti cador du rap et ses deux idiots de larbins, le trouillard qui avale des tonnes de calmants, les neuneus qui rentrent d’un trip fumette trop cooool, le connard qui ne supporte personne que l’on aurait pu sans difficulté interpréter mais zossi et surtout des tas de serpents numériques ou pas. En tout cas, eux sont drôles quand ils s’attaquent aux gens et bousillent leur existence, c’est toujours ça de pris, et plus c’est gore (y en a un peu) et plus on rigole gniark ! Pour faire court : tout est prévisible à dix bornes, aucune originalité dans ce scénario à l'arrache, plein de très, très jolies filles et de tronches de cakes luttent pour leur vie, mais ne devraient pas.

« Fameux » réalisateur de L’Incroyable voyage à San Francisco (mais aussi des plus horrifiques Destination finale 2 et 4, Asylum et…Shark 3D, ainsi que d’un thriller avec Jason Statham, Cellular), David R. Ellis revient vers les animaux en 2006 en choisissant les serpents et en les collant…dans un avion, bravo, vous avez tout compris. Ce scénario étant cousu de jaune fluo, on se demande bien ce que Samuel L. Jackson vient faire au milieu de tout ça. S’amuser ? Cachetonner ? S’acquitter un pari perdu ? Faire un geste désintéressé ? Quoi qu’il en soit, sa bonne grosse bouille est l’élément principal dans cet énième couplet sur les animaux dangereux qui n’ont pour but que de faire le Mal, et sur ordre de la Mafia en plus. Sont-ce donc là des serpents à gages ou les malheureuses - mais dangereuses - victimes collatérales du système judiciaire américain pourtant si exemplaire ? Euh sinon… Peur de l’avion ? Peur des serpents ? Ce film est pour vous, vivement Noël !

La phrase du film : « lâche-moi la biiiiite !!! »

Bonus :

* Scènes coupées / alternatives (12’)
* Pure venom (20’) : making of qui montre un chouette boulot de décor bricolé par des gens ingénieux, ils sont classe les avions à Ellis !
* Dans la fosse aux serpents (13’) avec Jules Sylvester, dresseur (enfin lui pense que le dressage est impossible) de plein de très beaux serpents
* Les effets visuels (6’) : secrets de fabrication = gâchis, fin de la magie, vive le fond vert, beurk
* Des serpents sur mon blog (10’) : au sujet d’une campagne d’intox foldingue à la Blair witch
* Bêtisier (5’)
* Vidéoclip + tournage (4 + 9’) de Snakes on a plane (Bring it) de COBRA STARSHIP
* Spots TV, teaser, bandes-annonces
* Bonus (trop bien) caché

La phrase du technicien : « il faut que ce soit réaliste » ! Ouaaais ! Ben c’est raté. Par contre l'emballage est superbe, gaufré et ouvrant, c'est bô ! Et rare !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac