Une petite contribution ?

Chroniques DVD
29
Mar
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : thriller

Scénar : Tom Ripley est chargé de ramener Philippe Greenleaf chez son grossium de père. En attendant, tous deux s'amusent à faire les ânes dans les rues de Rome ou Venise, par exemple en achetant à un aveugle sa canne blanche, quelle jeunesse ! Et pendant ce temps, Marge, la compagne de Philippe, se ronge les sangs, colère !! Ripley se fait logiquement virer par le père puisqu’il n’a pas réussi à accomplir sa mission. Déjà fauché, il se retrouve sur un bateau avec le couple à jouer au matelot, l'esclave de service dont on se débarrasse sur un coup de tête, pour rigoler, le laissant dériver à bord d’un canot à la traîne. Si la corde pète, la vengeance sera au menu. Et sans corde, ça marche aussi.

L’adaptation du Monsieur Ripley (1955) de Patricia Highsmith par René Clément (1960) est aussi l’élégante occasion (quel joli générique en lettrage) d’un beau rassemblement d’acteurs : Marie Laforêt, Romy Schneider (pour une apparition éclair), Maurice Ronet, et un de nos américains à tête carrée favoris (Billy Kearns), et bien sûr l’Alain Delon de l'âge d'or, la beauté du diable et l'esprit qui va avec, sûrement à se damner pour la gent féminine dans les rangées des salles de cinéma de l’époque. Cette jolie balade en Italie est rythmée par la musique de Nino Rota mais est réputée pour s’être calquée sur l’ambiance moins géniale qui régnait sur le plateau.

Dans une ambiance qui rappelle un tantinet celle du premier film de Roman Polanski (qui sortira en 1963), Le Couteau dans l’eau, on a offert à Delon (après une belle bataille avec les producteurs, les frères Hakim, qui n’étaient pas très ravis de voir la star montante française tenter de taper l’incruste et contrarier les choix initiaux) un joli personnage de manipulateur / escroc / arriviste au sein d’un trio vénéneux plongé dans un thriller jazzy aux paysages superbes, dans un huis-clos sur l'eau ponctué de beaucoup de silences, orné de belles images, et, plus l'histoire avance, vigoureusement secoué par le suspense et les tensions, un très bon film à redécouvrir.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac