Chroniques BD
03
Nov
2014

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

bd vieux fourneaux dargaud lupano cauuet

Certes, Sophie n’a pas tort : « Des fois, j'ai envie de vous frapper, les vieux, quand je vois votre bilan. Faut pas vous étonner, s'il y a plus de respect pour les anciens, hein… »

Pourtant là, devrait y en avoir, du respect, pour ce génial trio à mi-chemin entre Les Vieux de la veille et le road-movie grolandais, trois personnages délicieusement inconscients qui fustigent le politiquement correct et l'hypocrisie d'une époque dans laquelle l'anticonformisme est toujours mal vu !

Pierrot, vieil anarchiste échevelé, passe chercher son copain Mimile affalé en maison de retraite mais, malgré sa conduite tout à fait personnelle, les deux arrivent à la bourre à la crémation de la pauvre Lucette, femme du troisième larron, Antoine. Lucette, Pierrot et Antoine, en plus d’être les amis d’enfance de Mimile, ont tous bossé chez le grossium local, le laboratoire richissime Garan-Servier dont une administratrice, celle-là-même qui avait viré Lucette, vient polluer Antoine en ce jour de deuil. Après quarante ans de boîte à résister via son syndicat, la présence de la dinde le défrise sérieusement. Mais ce qu’il va apprendre ensuite par une lettre laissée chez le notaire par sa défunte femme va carrément le faire exploser : il charge un fusil dans sa bagnole et part vers la Toscane dans le but de bousiller son ancien patron, avec à ses trousses ses deux amis de toujours pilotés par sa petite-fille Sophie, enceinte jusqu’aux yeux mais au volant de la vieille camionnette de Lucette, tous unis pour empêcher Antoine de faire la plus grosse connerie de sa vie.

Dans un univers nanti de superbes couleurs, les trois amis d'enfance se remémorent leurs aventures recouvertes depuis par les usines d'antidépresseurs (s’il y a bien un opium du peuple, c'est bien celui-ci, nom d’là !), se lancent dans ce qui s’annonce sûrement être leur dernière mais le soleil brille toujours, la jolie Sophie ressemble étrangement à sa grand-mère, n’est pas sans évoquer d’autres souvenirs (quelle jolie façon d'annoncer une naissance !), comme ce petit Théâtre du Loup en slip, une idée scénaristique tout à fait géniale dans une histoire empreinte de poésie et de nostalgie, autant que de ce je-ne-sais-quoi qui fait que l'on se sent très proches des personnages que vous croirez tous avoir déjà vus ou que vous rêverez tous de rencontrer. Tu parles, des vieux poisons qui se déguisent (ou pas) en aveugles pour aller foutre le bordel dans les soirées des gros nazes, ce sont nos héros pour toujours que l’on nous présente là !

« - Tu comptes faire chier le monde encore longtemps ?
- Le plus longtemps possible, oui. Qu'est-ce que tu veux faire d'autre ? À nos âges, il n'y a plus guère que le système qu'on peut encore besogner. Du coup, ma libido s'est reportée sur la subversion. »

56 pages en couleurs, 13 €
ISBN : 9782505048824

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

électro groove metal france cd
sludge doom metal france cd clegane
luciano ercoli giallo film Frank Wolff