Tu payes ton coup ?

Chroniques cinema
20
Oct
2014

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : comédie sans (trop de) surprises

 

Scénar : Pierre (Gérard Lanvin) se retrouve dans la Seine après un carton avec une voiture, sauf qu'amnésique, il ne se rappelle pas l'accident. A l'hôpital où il est multi-plâtré, il apprend juste par l'inspecteur chargé du dossier (Fred Testot) qu'ila été sauvé in extremis par un jeune prostitué. Quand il voudrait avoir la paix et réfléchir à tout ça, une foule de raseurs ne cessent de rentrer et sortir de la chambre façon moulin, ce qui ne risque pas d'arranger son caractère un tantinet ronchon.

Voyons donc ce que vaut Gérard Lanvin, actuellement fort prompt à faire dans le billet d'humeur digne des acteurs de papa des années 70, dans cette comédie de Jean Becker où le sexa bougon est confronté à l'hospitalisation et l'immobilité. On sent le scénar facile mais laissons cela, les dialogues signés Dabadie font plutôt mouche, et le casting est franchement bien foutu (Claudia Tagbo, Môssieur Darroussin, Daniel Guichard toujours terrible, les jeunes Mona Jabeur et Swann Arlaud, formidables).

On redécouvre à coups de gags l'horreur de l'hosto (bouffe dégueu, pas de clopes et pinard clandestin, cohabitation forcée...) et la rudesse de son système, Claudia la belle infirmière ne badine pas, le kiné (Philippe Rebbot) est totalement cinglé... Heureusement qu'il est toujours bien conservé Gérard (va savoir pourquoi il fait toujours penser à l'autre Spécialiste Giraudeau parti trop tôt). Son personnage s'adoucit en se dévoilant, ébranlé dans ses convictions et par de profondes plaies qu'il a gardées secrètes. On aime la menée par voix off comme chez Gabin et Ventura qui n'ont pas eu, les pauvres, une Anne-Sophie Lapix, si belle comme tout, en pianiste aux yeux pluvieux.

On aimerait bien râler, mais ce film drôle et émouvant est dans la tradition des bonnes vieilles comédies à la française avec une petite assez rigolote dans le rôle de l'insupportable casse-noix qui s'incruste. On recommande, ça fait du bien de sourire parfois, surtout dans le noir.

 

© GED Ω - 20/10 2014

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.