Une petite contribution ?

Spectacles
18
Jui
2019

Si on a eu trois fois le temps de mourir d’ennui dans la file d’attente, on admet après coup que ça en valait grandement la peine.

« T’as pas pu voir le match toi non plus ? En plus ça capte pas, j’ai vérifié. » Ben ouais mon con, on est un peu là pour le spectacle des petites (et des grandes), va falloir trépigner en silence, merci d’avance. Car après un petit mot au nom de la MJC par Stéfany, c’est parti pour vingt-deux morceaux en deux parties séparées par un entracte.

Malgré le trac obligatoire pour une partie des jeunes élèves et malgré une première représentation la veille que l’on devine avoir amené son lot de fatigue, damoiselles et damoiseaux (ils étaient peu, mais ils étaient aussi là) vont se démener devant une salle pleine pour interpréter des chorégraphies complexes et toniques sans se priver d’être poétiques selon la bande originale choisie. On note d’excellents choix de musique, de jolis costumes et de beaux éclairages (et même magnifiques sur Ces gens-là, cette merveilleuse danse valait bien ça, un point d’orgue de la soirée !) ; le public ne s’y trompe pas et réserve un triomphe au gala, les vieilles corneilles bruyantes du rang derrière y compris.

Bravo donc à Aélie et les autres pour ce moment mignon et synonyme, ne l’oublions pas trop vite, du travail de toute une année auprès de leur professeure Stèf qui a tombé un boulot de créa dingue et l’a mis en place dans un esprit ultra positif qui tranche avec une période sombre au possible : ici pas de frontières, de couleurs, de tailles, tous sont égaux devant la passion et le dépassement de soi pour le plaisir et le partage avant tout.

Plutôt spécialiste de la discipline du old school pogo, le modern-jazz restait une inconnue des colonnes de NK qu’il aurait bien sûr fallu payer cher en temps normal pour aller voir un tel spectacle, on est ravi d’y avoir assisté : à la fois maîtrisé et touchant, il permet de s’apercevoir que la mémoire du corps, c’est dingue, que le mouvement, c’est beau, et que, adieu réputation, le sourire, c’est communicatif.

Ah, et au fait, bon anniversaire à la MJC qui fête cette année ses cinquante piges !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

joe sacco bd journalisme guerre yougoslavie
nu metal groove fusion france cd