Une petite contribution ?

Chroniques CD
15
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

iron maiden heavy metal cd

Dix ans pile après la sortie du plus grand album de heavy metal de tous les temps,

et aussi un des premiers, par ses compatriotes de BLACK SABBATH, un rejeton de l’East End metal mené par le bassiste tenace et surdoué Steve Harris fait son apparition avec un album fulgurant, IRON MAIDEN pulvérise la NWOBHM qui sort en même temps de nulle part et met la barre tellement haut qu’il fera de ses condisciples un vol de canards boiteux, quand il ne ridiculisera pas carrément les grands groupes qui le prennent avec eux en tournée.

Et même si c’est forcément un stagiaire daltonien et manchot qui a supervisé le packaging des premiers CDs de l’infâme collection Fame bleu de chez bleu de chez EMI, cet album éponyme reste un monument avec huit classiques inoubliables, tables de la loi du metal moderne de l’époque : Prowler (un génial concentré de MAIDEN : des grattes et de la basse de folie, un chanteur charismatique et un batteur, Clive Burr et pas Durr grrrr, hyper-efficace), Remember tomorrow (divin, d’un autre monde…), Running free (un hymne), Phantom of the Opera (longue pièce puissante et complexe), Transylvania (Stoker en aurait dansé la gigue avec le Grand Cornu), Strange world (rebelote : divin, d’un autre monde, avec un Di'Anno touchant et charismatique…), Charlotte the Harlot (quasi-punk et terriblement agressif mais qui n’empêche pas Di'Anno de revenir titiller les cœurs fragiles) et Iron Maiden (un autre hymne inoxydable).

 

La pochette, le logo, IRON MAIDEN quoi. Pas de textes à lire mais on les connaît par cœur au bout de trois écoutes, cet album est juste diabolique tant il s’insinue dans les ciboulots. Leur meilleur ? Sûrement. 

 

Réédité "proprement" depuis : IRON MAIDEN [Uk] S/t CD (EMI Recs) 1980 Réédition 1998

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

fred vargas rompol policier livre vatican rome
french black death metal split cd