Une petite contribution ?

Chroniques vinyles
22
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

La nappe de claviers introductive de l’affreux duo 1984 / Jump met la puce à l’oreille direct,

la contamine même pour tenter de la faire mourir, c'est sûr. Adversaire déclaré de la chose synthétique, nous déclarons ici pour nous la mort officielle de VAN HALEN (il était temps après un début des années 80 difficile à passer et des albums bien moyens par rapport au potentiel d'une telle formation de tueurs 1), Orwell avait putain de raison, 1984 est une année redoutable en nombre de catastrophes et ce direct dès janvier quand ce disque sort, fin d’une époque après bien des déceptions, bien des disputes.

Mais Eddie aura eu le dernier mot en bâtissant son studio et en imposant ces claviers horribles (I’ll wait est absolument insupportable, plus abominable encore que le single / hymne des hommes en short jouant à la baballe). Il reste certes de sacrés bouts de guitare ici et là (Panama et le speedé Hot for teachers sont deux putains de titres dans la tradition des grands succès du groupe, Top Jimmy cartonne ainsi que Drop dead legs, House of pain et Girl gone bad) mais si la barre est certainement remontée par rapport à l’affreux Diver Down, le constat est clair, les américains ont mis une belle dose d’eau dans leur Jack et ce n’est pas le départ de David Lee Roth vers une carrière solo (le EP Crazy from the heat sort en 1985 et il est prometteur) qui rassurera les fans désormais contraints de laisser tomber ou d’accueillir dans le calme l’ex-MONTROSE Sammy Hagar.

VAN HALEN est mort, vive VAN HALEN ? Et après tout, pourquoi pas ?

1 afin de lire plein d’autres chroniques sur les groupes cités, clique juste sur leur nom en rouge.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac